#29153
bzobzo
Participant

j’ai changé résolument de stratégie,
j’ai décidé de mener de front les différentes approches,
aneroless au lit, micro-séances, Wand et g-rider
et peut-être en incorporer encore de nouvelles
si j’en découvre qui me paraissent intéressantes

je prends le pari que ces différentes façons d’approcher le plaisir prostatique
vont s’enrichir mutuellement,
accélérer le processus là où il y a encore apprentissage, Wand, aneroless au lit
et pas juste faire naître de la confusion, du chaos
en les pratiquant au quotidien l’un à la suite de l’autre,
voire les mêlant

j’ai commencé hier, un petit bilan:
-avec le Wand, c’est toujours mort pour l’instant,
je perds vite patience avec ce objet lourd qui j’arrive difficilement à manipuler,
je suis habitué à bouger beaucoup, là je ne peux pas,
avec la petite boule,cela ne va pas du tout car elle ressort constamment,
avec la grosse, cela va mieux, au moins elle reste bien à l’intérieur

assis, je parviens encore à avoir un mouvement feutré, glissement sophistiqué
grâce à la forme du bras,
cela provoque tout un frottement agréable de la prostate
mais pas de sensations pour autant,
au lit, pas terrible du tout, si je fais rien ou à peu près,
que je m’occupe du reste de mon corps
ben rien ne se passe
car j’ai besoin que la prostate vibre
pour mettre toute ma mécanique de plaisir en route,
qu’elle aussi, le féminin en moi,
s’éveille et prenne les commandes,
là pour l’instant, c’est juste moi qui me caresse maladroitement

-avec le g-rider, après le petit rituel de préparation, d’abord sur le dos,
de vagues sensations assez agréables, là je me suis dit qu’un rewiring s’imposait
mais après je me suis retourné, me suis mis sur le ventre
et alors là cela a explosé, directement beaucoup d’intensité, beaucoup de plaisir

donc en fait j’ai repris là où j’ai arrêté il y a quelques mois,
mon corps a gardé tout cela en mémoire quelque part,
dans les derniers temps avec masseur,
je trouvais le plaisir aussi de cette manière, pris par derrière,
des sensations animales, telluriques, très puissantes,

là donc c’est revenu directement
mais je ne pouvais m’empêcher de faire une comparaison avec les sensations de mes micro-séances,
si l’intensité était à peu près la même,
question qualité des sensations, il n’y a pas photo,
dans mon fauteuil en aneroless, c’est bien supérieur,
c’était vraiment très étrange ces moments que j’ai vécu hier avec mon g-rider,
j’éprouvais énormément de plaisir
mais en même temps je ne pouvais m’empêcher tout le temps de me dire
que question qualité, c’était quand même nettement moins élevé
mais cela va peut-être s’améliorer dans les jours à venir

et puis l’aneroless au lit, c’est là que je mets le plus d’espoir,
j’ai eu une percée il y a deux jours,
une vraie séance qui me faisait entrevoir des perspectives splendides, inouïes
mais je n’ai pas réussi à reproduire après,
c’est d’ailleurs ce qui m’a décidé de changer d’approche,
quelque chose de plus « pluri-disciplinaire »,
ne pas être trop focalisé sur une façon de faire, que cela devienne une obsession,
une approche plus diversifiée va me faire du bien,
en tout cas je vais essayer,
on va voir

-et puis une micro-séance assis sur ma main,
quelques doigts jouant à l’entrée puis s’enfonçant carrément,
là c’est bien au point,
le plaisir est d’une intensité extraordinaire dès la première seconde,
je danse sur ma main, j’effectue une danse du ventre dessus,
liane lascive,
ici je sens le féminin extraordinairement,
l’amazone éveillée totalement, épanouie, déchaînée