#29180
bzobzo
Participant

je sors d’une séance, une heure à peu près,
des séquences d’une dizaines de minutes en moyenne,
alternant avec masseur et sans

j’aimerai pouvoir vous donner une idée de ce que j’ai vécu
mais ce ne serait jamais qu’une idée
et moi, ce n’est pas une idée que j’aimerais vous donner à voir, à vivre
mais des sensations,
la sensation de ce ineffable plaisir qui submerge ma chair,
qui envahit ma chair, qui fait exulter ma chair,
c’est cela que j’aimerai partager avec vous
mais c’est impossible, bien sûr

j’évite à nouveau, ce que j’appelle la main par devant ,
plus de doigts directement sur le sexe, serrant ou tirant une couille,
je ne suis de nouveau plus du tout convaincu,
malgré le plaisir immédiat qui est indéniable
mais j’ai l’impression aussi que cela empêche la séance
de monter dans les plus hautes sphères

cependant je ne peux résister à de légers effleurements dans la zone génitale
ou pressant ma chair non loin,
cela fait un effet délicieux aussi, je sens bien l’injection de sensations péniennes,
puissantes, donnant d’autres coloris au flux principal des sensations prostatiques
mais j’évite un contact direct
qui je crois, plombe l’avion, l’empêche de monter dans les très hautes altitudes

tant pis pour les voisins,
si je crie trop fort, ils n’auront qu’à me faire une remarque,
tant qu’on ne me dit rien, je me laisse aller,
je laisse parler mes entrailles,
je ne veux avoir aucun contrôle dessus

mes séquences en aneroless sont remarquables aussi,
la preuve, c’est que leur durée est désormais égales aux séquences avec masseur,
ma façon de pratiquer assis dans mon fauteuil assis sur ma main,
je l’ai adaptée aux positions couchées dans le lit
et me procurent des moments délicieux, remarquables,
les doigts errent à l’entrée, glissent entre les lèvres, frottent
puis s’enfoncent un peu, beaucoup , à la folie

c’est mystérieux comme cela fonctionne car je sens bien
que c’est une sorte de masseur formée par mes doigts et les contractions,
beaucoup plus sophistiqué car pouvant changer de forme,
pouvant procurer un plaisir extraordinaire simplement en errant à l’entrée,
frottant un peu la raie,
avec la contraction associée, cela forme comme un conduit, une ligne vers ma prostate
et les sensations sont bien prostatiques

quand j’enfonce plus mes doigts, alors il y a de l’anal en plus
mais pas plus finalement qu’avec un masseur,
comme c’est riche, comme est varié,
je peux bouger changer de position, les doigts me suivent,
enfin suivent plutôt mon cul, mon trou de balle
et me font frissonner comme c’est pas permis,
j’en suis qu’au début des explorations de cette façon de faire au lit
mais c’est incroyablement riche et puissant aussi

et puis tout de même j’ai eu aussi quelques minutes à gauche et à droite en aneroless pur,
ce que j’appelle aneroless pur, je n’ai pas besoin de le rappeler,
je l’ai déjà expliqué des tas de fois

la source de très haute altitude,
chaque fois que les sensations m’inondent quand je pratique de cette façon,
je ne peux m’empêcher de penser à ces mots: « la source de haute altitude »,
tellement dans ces moments-là le plaisir qui coule en moi,
qui inonde mes membres, mon bassin, ma tête,
semble d’une pureté et d’une limpidité indescriptibles,
quel nectar, mes amis, quel nectar

fragile encore, je suis parfois encore tellement incertain
quand je me lance de cette façon comme un patineur sur glace
qui a peur de tomber
et bien sûr les sensations s’estompent si on se lance avec cette incertitude dans la tête,
avec cette appréhension que cela va pas aller,
je me suis bien repris ce soir,
par deux ou trois fois je me suis lancé en aneroless pur
et à chaque fois le même doute a commencé à me tenailler, à me ronger
mais j’ai su réagir et chasser cette glu paralysante de ma tête
et réussir d’excellentes sensations