#29201
EpictureEpicture
Participant

Oui, en effet, la houle est revenue, pour mon plus grand plaisir !

Je ne cherche pas spécialement à valider les étapes de la carte. Je faisais un petit point « météo ».
Cela n’a en vérité pas beaucoup d’importance, je voulais surtout témoigner des 2 points qui m’intriguent un peu parce que je ne vis pas les choses telles qu’elles sont décrites : butée périnéale et contraction involontaires. Non que je veuille absolument que cela arrive comme c’est décrit, mais toutes les fois où j’ai pensé que la carte se trompait pour moi, l’expérience m’a montré que c’est moi qui me trompait. Donc j’essaye de voir si en effet je me trompe, où cela se situe-t-il. C’est une façon de faire quelque chose pour progresser dans ma compréhension et dans ma pratique. Les témoignages d’autres pratiquants sont souvent sources d’enrichissement.

Je ne sais toujours pas si le plaisir anal écrase le plaisir prostatique, j’ai l’impression que les deux font synergie. Mais savoir comment l’un agit sur l’autre, tant que cela fonctionne…

Je suis en train de rédiger un post qui parle de ce que tu nommes « conscientisation » de notre pratique, sur la représentation de notre pratique par le langage. je suis d’accord avec toi qu’il arrive un moment, celui de la pratique, ou parler, se parler dans sa tête ne permet pas d’être pleinement à l’écoute. Il faut donc se taire, et laisser faire son corps.

Mais cela n’empêche pas d’avoir, entre les séances de pratique, des moments de réflexion, de retour sur ce qui s’est passé. C’est ce que nous faisons tous ici, et avec grand intérêt, dans les deux sens du terme.

Dans pratique, il y a deux sens : le sens du temps qui correspond à l’action de faire une séance de massage prostatique, et le sens qui regroupe l’ensemble des techniques, des réflexions autour du massage prostatique. Quand on parle de pratique, il est important de bien distinguer si l’on parle de l’une ou de l’autre. Dans l’une il faut se taire, dans l’autre on ne fait que parler. Mais les deux sont importantes, l’une ne va pas sans l’autre. Cependant, je suis d’accord avec toi que nous, êtres humains, avons tendance à accorder plus d’importance au bavardage qu’à la pratique. Il y a déséquilibre.

Bon cheminement à vous deux @andraneros et @Jieffe