#29242
AndranerosAndraneros
Modérateur

A la question de @bzo :

où en es-tu par rapport à l’éveil du féminin ? as-tu progressé de ce côté ?

Tu réponds @jieffe :

en m’appuyant sur ton témoignage et quelques autres que j’ai pu lire précédemment, les anérosiens qui ont fait cette découverte l’ont faîte tout à fait par hasard, sans la rechercher au départ, en ignorant même que cela pouvait leur arriver.

Cet « éveil du féminin » est chez moi bien plus restreint que ce que nous décrivent certains de nos amis, comme @bzo par exemple. Il est apparu « à l’insu de mon plein gré » et continue encore à se développer très progressivement. Je pense avoir traversé trois phases dans cette évolution :
1) l’interrogation sur l’évolution de ma sexualité en découvrant que je pouvais ressentir du plaisir avec une pénétration anale, bien avant de faire l’expérience de l’orgasme prostatique ;
2) l’étonnement de constater le développement de la sensibilité de mes pointes de sein et des effets érogènes de plus en plus forts de leur stimulation ;
3) l’acceptation de ma nouvelle sensibilité comme l’accès à une part cachée de mon être qui me permet de devenir plus complet sans perdre pour autant ma nature.

Cette évolution s’est faite progressivement, sans ouvrir de crise existentielle. Grâce aux témoignages lus sur ce forum et sur d’autres j’ai compris très rapidement que ce changement ne détruisait pas ce que j’étais mais au contraire enrichissait ce que j’étais. C’est ce qui me permet maintenant de vivre cette forme de féminité sensuelle sans barrière en la laissant se développer sans rien forcer. Désormais je suis un homme enrichi (certains penseront comme l’uranium ; j’espère que mes radiations sont moins dangereuses). Je partage ce que tu dis :

J’en ai conclu qu’il ne fallait pas la chercher, qu’elle apparaissait le moment venu.

Dans le cas contraire tu fais une course au fantasme qui est vouée à l’échec comme c’est le cas pour la course à la jouissance prostatique. De mon point de vue tu as raison de bien faire la différence entre forcer ta part de féminité à prendre le contrôle de ton plaisir et accepter que l’intensification de ton plaisir fasse émerger ta part de féminité. Tu te sens mieux dans la seconde situation ; tu as raison de la favoriser pendant tes sessions. L’important est bien d’< < accepter >> toutes ces nouvelles manifestations de ta sensualité, cette nouvelle perception de ton être comme l’accès à la globalité de ce que tu es.

Bon cheminement @jieffe.