#29302
Avatarchristoul
Participant

Bonjour Jieffe et un grand merci pour toutes tes réponses.

N’attends- tu pas trop de tes séances depuis celle de Samedi? Dirais tu qu’inconsciemment tu débutes tes sessions en espérant revivre ce que tu as connu lors de ta sessions de Samedi?

Bien sûr que j’attends de revivre la séance de samedi. Mais je crois que j’attends cela depuis 4 ans et encore plus depuis mon acquisition du prograsm junior. Ce jour là, j’ai senti qu’il y avait une vraie différence et depuis malgré mes autres achats le prograsm junior fait la différence par rapport aux autres. Depuis l’été dernier, les sensations et le plaisir sont devenus réguliers mais sans jamais ou presque s’emballer.
Alors oui, bien sûr, que j’attends de revivre des sensations telles que samedi et même mieux.
Tout ce que j’ai entrepris depuis plus de 4 ans vont dans ce sens : lectures, sessions, stage, recherche de témoignages pouvant m’aiguiller et comprendre où se situent mes blocages.
Je pense qu’on peut parler de blocages, parce que même si le Super O n’arrive pas en quelques sessions, plus de 4 ans de pratique (dont 1 an de pratique très régulière) aurait dû me permettre d’atteindre ce fameux Super O.
J’ai essayé d’éliminer les différentes causes pouvant m’empêcher d’atteindre cet orgasme.
J’ai travaillé les muscles PC et je sens que mes muscles PC réagissent et que tout est en place pour faire leur travail (je crois). Cela élimine ce paramètre là.

J’ai changé de masseur pensant qu’il y avait des différences de taille, de forme et je me disais que les masseurs n’avaient pas encore trouvé le point magique. Je pense aujourd’hui que je ne trouverai pas mieux que le Junior.

En ce qui concerne les blocages psychologiques concernant l’homosexualité, je n’en n’ai aucun. Je n’ai jamais le moindre problème lors de l’insertion des aneros même pour les plus gros (le love to love est nettement plus gros que le prograsm), mon corps les accepte très bien après quelques secondes.
Je me suis toujours dit que l’anus était un lieu de plaisir pour moi et qu’il fallait que j’en profite.
Alors oui, je guette et j’attends le moindre plaisir lors de mes sessions. Je suis tout de même circonspect sur le fait d’attendre trop des sessions et donc de provoquer un blocage.
« Le samedi » je guettais comme d’habitude l’étincelle de plaisir mais elle est arrivée très vite et j’ai presque l’impression que le junior s’est calé de lui- même au bon endroit en mettant une très légère pression mais qui a été très efficace.

D’ailleurs, j’ai l’impression que chez moi tout va vite. En effet, dès le début de la séance je sais généralement si cela va être bien, très bien ou moyen.
Mes séances durent souvent 2 heures (parce que j’espère toujours que l’étincelle va arriver) mais je stagne au bout d’une heure. Je devrais peut -être les raccourcir mais je continue jusqu’à ce que je constate que le plaisir s’est fait la malle.
Le fait de finir par un orgasme éjaculatoire (le plus souvent) me permet de sortir pleinement satisfait puisque j’ai eu un plaisir continu et un sommet avec l’éjaculation.
Un autre point était de séparer les sessions de l’éjaculation. C’est ce que j’ai fait pendant plus de 2 mois sans résultat probant. Par contre, évidemment le plaisir après cette abstinence fut très important.
Voilà, je me pose des questions:
Comment faites- vous les contractions techniquement parlant ? Moi j’ai du plaisir avec les contractions anales rien ou presque avec les rectales.
La pratique avec un plug genre tempo est- ce une bonne chose pour arriver au Super O ?
Pourquoi mes attentes du Super O ont bloquées mon plaisir et pas « le samedi » (en tout cas beaucoup moins que les autres fois) ?

En tout cas « le Samedi » m’a permis de me dire que c’était possible parce que je commençais à fortement douté et je pensais même que peut- être mon corps morphologiquement n’était pas fait pour ce plaisir.
De plus, même si « le samedi » ne m’a pas fait basculer dans le super O, j’ai nettement senti que c’était très différent de d’habitude: très vite des contractions très rythmées et complètement involontaires (d’habitude je provoque les involontaires mais elles ne prennent pas complètement le relais des contractions volontaires) avec ensuite les genoux qui tremblaient comme on peut les voir dans des vidéos.

Dernièrement, j’ai fait une séance sans attente et cela s’est déroulé de manière normale.
Alors, c’est vrai, autant j’avais beaucoup d’espoir après « le samedi » autant je suis retombé depuis. Mais je suis persévérant et je n’abandonne pas.
Au plaisir de vous lire encore et encore.