#29305
AndranerosAndraneros
Modérateur

Vous nous disiez hier @christoul :

En fait, je revis ce que je vivais déjà depuis 1 an avec des sensations agréables, parfois un peu plus intenses mais sans érection très fortes comme j’ai toujours quand les sensations sont très fortes.
« L’entraînement » ne donne pas de meilleurs résultats et je pense que je vais essayer d’espacer mes séances de 3 jours au moins. Pourtant, je sens souvent ma prostate « pulser » c’est pour cela que j’ai fait une séance dimanche (alors que j’avais décidé de la laisser au repos). Quand je la sens pulser je me dis qu’elle m’appelle et que c’est le bon moment pour une séance mais après plusieurs tentatives dans ce cas j’ai l’impression que c’est le contraire.

Ces résultats, aussi faibles peuvent-ils paraître, valident la poursuite de vos sessions. Simplement, pour des raisons que nous ignorons il vous faut plus de temps qu’à d’autres, comme ce fut mon cas.

je crois que j’attends cela depuis 4 ans et encore plus depuis mon acquisition du prograsm junior.

C’est normal de l’attendre, c’est un des objectifs de votre quête de l’orgasme prostatique, vraisemblablement le plus motivant. Mais cette attente doit rester en dehors de chacune de vos sessions, avant et après autant que vous voulez, pendant autant que possible jamais.

Essayez de lancer vos sessions, non pour déclencher ce plaisir, mais seulement pour créer les conditions qui vont vous permettre de le recevoir.

Vous nous dites aujourd’hui :

Alors oui, je guette et j’attends le moindre plaisir lors de mes sessions. Je suis tout de même circonspect sur le fait d’attendre trop des sessions et donc de provoquer un blocage.

La première phrase que je cite est source de blocages, la seconde est une prise de conscience qui devrait vous aider à changer d’état d’esprit. Plus facile à dire qu’à faire, j’en suis conscient.

Le fait de finir par un orgasme éjaculatoire (le plus souvent) me permet de sortir pleinement satisfait puisque j’ai eu un plaisir continu et un sommet avec l’éjaculation.

C’est vrai, malheureusement cette pratique ne vous aide pas à rompre le lien entre orgasme et éjaculation et vous tient prisonnier d’une dominance du plaisir apporté par la stimulation du pénis et l’éjaculation au détriment de celui que votre prostate commence difficilement à vous apporter. Au point où vous en êtes efforcez-vous de séparer les deux sans vous obliger pour autant à l’abstinence absolue même si un peu d’abstinence contribue à accrître le désir et l’excitation.

Comment faites- vous les contractions techniquement parlant ? Moi j’ai du plaisir avec les contractions anales rien ou presque avec les rectales.

Les contractions anales sont suffisantes. L’alternance entre contraction et relâchement de l’anus suffit à faire bouger le masseur, donc à stimuler la prostate. A vous d’être à l’écoute.

La pratique avec un plug genre tempo est- ce une bonne chose pour arriver au Super O ?

C’est une bonne chose comme toutes les formes de stimulation anales et périnéales. Le Tempo peut apporter beaucoup de plaisir anal et même prostatique (on le lit régulièrement sur les forums spécialisés) mais dans la même logique que l’utilisation d’un masseur prostatique sans attente.

Pourquoi mes attentes du Super O ont bloquées mon plaisir et pas « le samedi » (en tout cas beaucoup moins que les autres fois) ?

Si l’homme était un robot, il suffirait de le démonter et d’exécuter son programme en mode « debug » pour résoudre le problème. Mais heureusement nous ne sommes pas des robots.

Patience, confiance, pratique. J’ai moi-même mis du temps à atteindre le plaisir prostatique. Vous l’atteindrez, quand vous serez prêt, sans jamais savoir à l’avance que c’est le moment . Bon cheminement @christoul.