#29347
bzobzo
Participant

c’est vraiment infectes ces températures élevées,
il faut faire attention de ne pas trop s’agiter car sinon on se met à suer à grosses gouttes

bon mais l’appel du plaisir est trop fort,
il faut que j’ai ma dose quotidienne, mes reins en ont besoin,
ils n’ont pas encore eu leur repas,
ce sera service minimum aujourd’hui,
juste un peu d’aneroless vite fait
et dire que demain et après demain, cela va monter au-dessus de 35°

j’écarte les jambes, je glisse mon avant-bras entre mes parties et ma cuisse,
en bout de course, je mets ma main à plat,
j’appuie ainsi sur le périnée, touche la base des couilles, un peu la cuisse
et j’ai un doigt enfoncé dans mon anus-pussy
et puis je serre les cuisses tout en faisant remonter
une lente et puissante contraction

tudieu de tudieu, voilà qui est ressentir, je pars d’un long râle,
j’ai du soleil liquide qui se répand dans tout mon corps,
mes entrailles sont déjà en feu et je viens à peine de commencer

j’aime cette instantanéité de la réponse,
cela fait belle lurette que je n’ai plus besoin de préliminaires avant de commencer à ressentir intensément,
non, je touche quelque chose qu’il ait agréable de toucher,
combiné à une contraction bien sûr toujours car la prostate doit vibrer
pour que la magie puisse avoir lieu,
et directement j’ai la réponse et je pars en vrille, je pars dans les limbes

je reste ainsi avec un doigt enfoncé dans mon anus-pussy
tandis que ma main frotte contre la base de ma verge et mes couilles,
appuie bien sur le périnée,
c’est délicieux tout cela, cela frotte fort, je chevauche la vague, le plaisir m’emporte

j’y vais maintenant un peu avec la main par derrière,
ma raie est bien lubrifiée avec de la crème pour vagin,
j’y installe mes petites souris d’amour, le bout de mes doigts
et je fais de lents mouvements de va et vient avec mon bassin
couplés avec des contractions,
le tout très tranquillement, pas seulement à cause de la chaleur
mais juste pour le plaisir d’y aller très tranquillement,
sentir se lever en moi tous ces frissons, toutes ces vagues de chaleur,
ce miel qui se répand, cette danse intérieure, si lascive, si sensuelle,
déguster tout cela très tranquillement
comme on porte à sa bouche un verre avec un grand cru millésimé dedans
qu’on a envie de déguster, de savourer,
en extraire tous les parfums, toutes les saveurs

percevoir l’intensité de la vie,
dans son noyau il y a cette intensité
que je ressens pour l’instant dans mes veines,
je me sens faire partie de la nature pour l’instant

la nature sauvage, indomptée, si éloignée de nous désormais,
un autre monde dont plusieurs siècles de civilisation nous ont séparé,
définitivement arraché,
on erre entre nos immeubles, orphelins
mais là pour quelques instants je recrée le lien,
je refais partie de la nature, je suis parmi les animaux innocents,
soumis aux forces mystérieuses, vivant dans l’harmonie sauvage,
glorifiant la vie

allez bonsoir,
je vous embrasse