#29354
bzobzo
Participant

Le plaisir est arrivé assez rapidement, suivi d’un concert en rut majeur. Gémissements, cris, râles, une bonne partie de la gamme y est passée.
Mon dieu que c’est bon de se laisser aller comme ça.

ah tu vois que je n’ai pas exagéré quand j’insistais à quel point c’était bon
de pouvoir se laisser aller vocalement,
tu l’as expérimenté toi-même

et ce n’est qu’un début, tu as pu reprendre sans problème ta séance malgré l’interruption,
les vocalises n’y sont pas pour rien, tu peux me croire,
tu vas évoluer encore plus rapidement désormais

quand notre plaisir devient intense, tu l’as sans doute constaté aussi,
on est essentiellement un animal en rut,
et si tu as bien regardé quand tu étais jeune les documentaires sur nos amis les bêtes,
tu auras pu constater que quand ils copulent,
ils accompagnent cela de nombreux cris et autres manifestations sonores

ils laissent parler leurs entrailles car ils savent d’instinct qu’ainsi
le plaisir sort plus facilement, se libère plus facilement
avec tout ce que cela a comme conséquences positives

ce n’est pas tout, laisser ses entrailles s’exprimer librement
a bien d’autres conséquences,
on se lâche plus facilement, on se libère plus facilement dans l’ensemble
quand on parvient à lâcher en toute liberté les sons

ce n’est pas tout, c’est un mécanisme à double détente,
au moment où nos entrailles émettent les sonorités , on en bénéficie tel que décrit juste au-dessus
mais après avec un moment de décalage
quand ces sonorités bien grasses de plaisir, bien dégoulinantes de plaisir,
parviennent à nos oreilles,
nous les dégustons une seconde fois
et l’excitation qui en est générée, se répercute sur toute notre corps

quand on laisse complètement nos entrailles s’exprimer librement,
rugir, expulser ces sons imbibés de toute l’ivresse qui agite notre chair,
il y a une extraordinaire impudeur dans ces sonorités,
laisser parler la chair, laisser hurler la chair,
ce sont très vite des vocalises très impudiques, la raison s’affole un peu à les entendre
on est donc gêné au début, tu l’as toi-même souligné:

Ça fait tout de même un peu bizarre de s’entendre gémir comme ça

mais effectivement ce n’est qu’une question d’habitude

ce n’est pas tout
car ces sonorités vont vite devenir un baromètre de ton plaisir,
avant même que tu ais pu prendre conscience de ce que tu ressens,
la fréquence des son émis, leur volume, les variations dans le timbre,
leur étrangeté, des tonalités souvent un peu folles, inquiétantes même,
forcément puisque le contrôle de ta voix a échappé à ta raison
et que pour l’instant , ce sont tes tripes qui parlent

tout cela, ton oreille va peu à peu apprendre à le décrypter
et à te signaler avec infiniment plus de précision
que quand tu essaies de te rendre compte avec ton intellect
de ce qui est en train de se passer dans tes entrailles,
là, ton oreille va t’indiquer avec une fiabilité sans faille la qualité et l’intensité de ton plaisir
et ton corps va immédiatement réagir en fonction de ce qui passe par ton oreille
pour diriger la séance

tu es en train de décoller, cher ami,
de plus en plus loin, de plus en plus haut,
je suis tellement content pour toi