#29355
bzobzo
Participant

j’avais encore continué après tard dans la nuit,
je ne pouvais m’empêcher, je m’endormais quelques instants
et je me réveillais et déjà je portais la main à ma peau,
j’engageais des contractions et je râlais et je gémissais à ne plus en finir,
quel chaud lapin je fais,
surtout hier avec cette chaleur, un très chaud lapin même, un lapin tout en sueur
mais heureux, tellement heureux,
j’ai l’impression comme un héros de l’Antiquité d’avoir volé aux dieux un de leurs privilèges
et de bénéficier d’un incroyable pouvoir désormais

ce qui se passe depuis deux jours,
c’est que désormais en aneroless au lit,
tout le potentiel que j’avais pressenti au début,
je parviens à le mettre en oeuvre, je parviens à le vivre dans ma chair

je suis excité, tellement excité et euphorique,
tous les jours de plus en plus excité et euphorique en ce qui concerne ma pratique,
j’écrivais il y a quelque temps que le débit moyen du plaisir en aneroless était moindre,
que la quantité était moindre mais que c’était compensé par une qualité supérieure
mais là désormais la qualité est là, s’est encore améliorée
mais la quantité aussi a augmenté, le volume à chaque instant est quasi identique
à ce que je peux obtenir avec le masseur
tellement j’ai fais des progrès

maintenant que mes mains peuvent tout toucher, s’attarder là où le désir les attire,
devant, derrière, plus aucune zone interdite,
je sais bien qu’une des règles de base du massage prostatique
est de ne pas toucher son sexe, d’avoir un petit no man’s land autour
et de ne pas y pénétrer,
et c’est une règle tout à fait valide
mais personnellement elle ne me concerne plus,
la façon atypique dont j’ai développé ma pratique,
m’a permis peu à peu de faire fi de cette règle

c’est vraiment étonnant à quel point mon corps s’est accommodé , a accepté,
que je malaxe, que je triture, que je je tire, que j’enveloppe, que je frotte mes parties génitales
et presque jamais le moindre signe de durcissement,
je crois que mon corps a compris où était son intérêt,
qu’en reconvertissant ainsi mes sensations péniennes,
mon sexe retrouvait de l’emploi, n’était plus au chômage
et toutes ces extraordinaires sensations associées à ma prostate,
emplissant ma chair d’un bonheur inouï, il y trouve largement son compte
et donc il joue le jeu, mon sexe reste bien mou, bien au repos
malgré toutes les manipulations qui devraient normalement engendrer une érection canon

j’avais un peu peur à un moment donné
que je ne sache même plus bander, que mon sexe oublie comment fonctionner normalement
mais j’ai été rassuré depuis plus d’une fois
quand sur le net je tombe sur une image suggestive, j’ai directement une réaction saine
de sang qui afflue dans mon membre et il se dresse fièrement

donc c’est une seconde façon de se comporter que je lui ai inculqué
et mon corps aime cela, moi j’aime cela, tout le monde dans la maison aime cela,
mon sexe contribue à nouveau à me procurer plein de bonheur et c’est très bien

aujourd’hui au boulot, durant l’heure de midi,
une bonne demie heure où j’ai alterné les exercices tantriques,
en tailleur donc sur le tapis m’exerçant
plus ou moins selon les descriptions d’Adam,
plutôt de moins en moins en fait pour l’instant, je vais détailler tout cela

et j’ai donc alterné avec des moments de plaisir,
des micro-séances, main par devant, main par derrière,
contractions, caresses, etc

concernant la partie tantra,
j’ai décidé de changer un peu le protocole de mes tentatives,
deux actions bien précises sont sensés se passer
quand on est assis en tailleur et qu’on s’y essaie,
la respiration ample, profonde qu’on doit apprendre à développer, à visualiser
et puis la contraction du périnée

deux actions seulement
mais c’est encore trop pour l’instant
j’ai décidé de les déconstruire
et d’en faire deux exercices différents pour l’instant
et cela a donné des résultats très intéressants ce midi,
je crois que je vais évoluer plus vite ainsi

deux exercices qui reprennent chacun de son côté, chacune de ces actions,
donc un premier exercice , rien qu’avec la contraction du périnée,
je dois avouer que c’est celui qui m’excite surtout pour l’instant
car j’ai obtenu avec rapidement des résultats très intéressants

donc assis en tailleur, je ne me préoccupe plus de la respiration,
je reste immobile et je me concentre uniquement sur la contraction du périnée,
je fais pas juste une contraction mécanique, machinale,
non je la fais à ma manière, à ma façon de pratiquer en aneroless,
c’est-à-dire j’essaie d’en faire comme un mouvement de pénétration, comme un va et vient langoureux,
comme si je maniais un sexe bien dur, gorgé de sang, dans mon anus-pussy
mais encore une fois, il n’y a que la contraction,
le reste de mon bassin est au repos, enfin à peu près, doit bouger vaguement tout de même

très vite ainsi, l’excitation est montée,
je commençais à gémir et je sentais bien que si j’avais eu du temps,
le plaisir aurait envahi la place,
je sens que de ce que je viens de décrire,
je peux ajouter une nouvelle manière de pratiquer à toutes celles que j’ai déjà,
une manière déjà plus proche de ce qu’Adam décrit dans son article,
une manière intermédiaire entre l’aneroless où les mains agissent,
où tout le corps entre en action
et puis la manière décrite par Adam dans son article
où la contraction agit en conjonction avec la respiration

et puis l’autre manière de m’exercer,
ce sera toujours en tailleur, immobile
mais n’effectuant plus de contractions, restant bien immobile
et entièrement concentré sur la respiration,
bien faire un cycle complet, apprendre à visualiser son flux, les énergies éveillées,
etc

avec l’idée bien sûr,
qu’à un moment donné, je sera prêt à fusionner les deux exercices
et alors je serai prêt pour mes premières extases tantriques

en attendant, je vous embrasse