#29357
JieffeJieffe
Participant

Merci bzo, merci Andraneros, merci, merci, merci.

L’expérience s’est renouvelée hier soir, et confirme celle de la veille. Séance plus longue il m’a semblé qu’à l’accoutumée. Je dirais une bonne heure, voire une heure et demie, mais ça n’a pas beaucoup d’importance.
Je l’ai commencée un peu différemment. J’avais envie de ne rien faire. Pas de respiration profonde comme déjà décrit, pas de contractions volontaires (je n’en fait de toute façon jamais), pas de caresses…rien. Je m’étends, je respire calmement et je me détends, je me détends, profondément….mais pas longtemps. Ma prostate n’a pas mis longtemps à me titiller, provoquant une contraction des sphincters, et c’est parti mon kiki….
Je confirme que laisser sortir cette énergie est tout à fait bénéfique, dans mon cas en tout cas. Ceci dit, j’ai cru remarquer que j’avais encore un peu de retenue, liée certainement à un reste de crainte que l’on m’entende. Je pense qu’elle va disparaître avec le temps. Je me suis levé tout de même après le début de la séance pour fermer la fenêtre… 🙂
Une heure de plaisir intensif, pendant laquelle les orgasmes se sont enchainés. Le temps entre les orgasmes était plus perceptible que ce que j’ai pu écrire précédemment, et qui me donnait l’impression de n’avoir qu’un seul orgasme de 30 mn. Je le souligne mais ça n’a aucune importance, et aucune incidence sur le plaisir ressenti.
Je confirme également que je suis désormais capable d’interrompre ma séance un moment, et la reprendre ensuite où je l’ai laissée. Hier soir pause pipi, pause désaltération, pause fermeture de fenêtre, et je reprends de plus belle.
Petit problème qui a déjà été maintes fois souligné, j’ai l’impression de devenir addict…. Je me rassure en me disant que c’est une bonne et saine addiction.

Enfin bref, ce n’est que du bonheur.

Une chose que je tiens à consigner ici, dont je suis en train de m’apercevoir et qui aidera peut-être les débutants qui me liront. C’est un sentiment qui jusqu’à hier m’inquiétait: Le matin, sur la lancée de la séance de la veille, la lecture de vos récits, l’écriture des miens me maintenaient dans un état d’excitation certain, entretenaient mon envie de recommencer le soir venu. Et puis au cours de la journée, rattrapé par les turpitudes et les tracas quotidiens, la course de la vie moderne, l’envie se faisait moins présente, voire disparaissait totalement. Cela m’inquiétait beaucoup, et je pensais que cela allait avoir des répercussions sur la qualité de la séance.
Et bien il n’en est rien. Je me suis finalement rendu compte qu’il était normal qu’elle s’estompe, qu’elle disparaisse, l’esprit étant totalement occupé par les milliers de problèmes qu’il a à gérer. Mais quand le calme revient, dans la soirée, l’envie re-pointe le bout de son nez et la séance n’est pas impactée par cet épisode.
Je me ferai à l’avenir moins de souci.

Ah mon dieu, en écrivant ces lignes je revis ma séance, quel bonheur, quel plaisir.

Ah oui, une chose aussi. À ceux qui s’interrogent sur le phénomène libératoire de l’éjaculation absent du plaisir prostatique, ne vous posez plus de question. Il n’y en a nullement besoin, mais alors vraiment pas. Le plaisir prostatique se suffit amplement à lui même, et bien au delà du plaisir éjaculatoire.

Et quel bonheur de se donner du plaisir sans les mains, sur les parties génitales j’entends. Aucune obligation d’asticoter, presser, vibrer, masser… On peut obtenir son plaisir les mains attachées dans le dos. C’est absolument génial.

Enfin, c’est vraiment du bonheur. À tous les débutants laborieux dont j’ai fait partie (je pense en être sorti maintenant, bien que je me considère toujours comme un débutant), ne lâchez rien, le jeu en vaut la chandelle. Je sais bien que c’est très frustrant de ne pas ressentir le plaisir attendu. On se demande même quelque fois si les témoignages ne sont pas des affabulations.
Non, ils n’en sont pas, et vous n’êtes pas si différent de nous pour que vous ne puissiez y accéder. Et cherchez dans votre tête, dans vôtre esprit, je pense que la solution est pour 20% dans la technique, 80% dans l’esprit.

Je vous souhaite à tous un excellent cheminement, et le courage et la persévérance pour avancer.