#29385
bzobzo
Participant

hier soir j’ai fait une petite séance de 45 minutes à peu près
mais les séquences avec masseur m’avaient quelque peu déçu,
je n’étais pas parvenu à reproduire la sensation en moi
du masculin et du féminin comme deux pôles bien distincts
malgré que j’ai essayé les mêmes ingrédients qu’en aneroless
où j’y parviens si facilement désormais, si simplement

et puis aussi hier, 10 minutes avec le Wand chinois avec sa belle courbe et son acier rutilant
mais sans grand succès, j’ai de moins en moins de patience avec celui-là

ce matin, une belle séance de plus d’une heure
beaucoup plus réussie, o combien délicieuse, en fait !

j’ai accepté qu’avec le masseur, je n’arriverai pas à obtenir ces deux pôles
pour une simple raison que j’ai comprise ce matin,
le masseur qui va taquiner ma prostate, qui va activer ma prostate,
il est aussi en fait le pôle masculin,
alors essayer d’activer des ondes sexuelles mâles
en effleurant, en pressant mes parties génitales en plus,
cela ne fonctionne pas pour cela,
le masseur fait office déjà de pôle mâle dans cette façon de pratiquer

je continuais à jouer avec mon sexe , mes couilles par moments
car je parviens tout de même à pimenter délicieusement les sensations ainsi,
même s’il n’y a pas ce pôle masculin qui s’active ainsi

il y a la place dans ma pratique pour le masseur, définitivement,
pas tous les jours comme l’aneroless qui m’accompagne désormais au quotidien
mais disons, deux fois par semaine, cela me parait être le rythme idéal
pour sortir Carabosse, ma petite fée en silicone, de sa boîte

ce que je parviens à obtenir avec elle, Carabosse, est tout de même assez unique,
cette sensation d’avoir les vannes quelque part grandes ouvertes
et qu’à chaque instant des flots et encore des flots de plaisir vous submerge, vous inonde,
il n’y a pas moyen d’obtenir cela autrement,
en tout cas moi je ne parviens pas à obtenir cela autrement

ce matin, j’ai alterné les séquences avec masseur et sans,
quel bonheur, mes amis, quel bonheur,
cette chair en a des secrets délicieux, des ressources cachées

en aneroless, j’active les deux pôles, masculin et féminin , en moi
et c’est directement comme si deux baguettes magiques se touchaient
et provoquaient en moi sortilège sur sortilège

dès le premier instant où je commence à les sentir bien distinctement,
le masculin et le féminin et que leurs ébats démarrent,
c’est comme si j’étais emporté ailleurs, au loin, très loin,
un pays où il n’y a plus de monde intérieur, ni de monde extérieur,
juste des flots de volupté sur lesquels je dérive au gré des vagues

je sens mon corps sous moi, bougeant,
j’y suis relié par un fil, un mince canal d’informations, rien ne m’échappe
mais je suis en même temps complètement ailleurs, je flotte complètement ailleurs

le féminin a pris une telle expansion, m’entraîne tellement loin
car si je sens constamment le masculin en moi,
il est là, bien là, infatigable, il allume la mèche, cent fois, mille fois, il allume la mèche,
mais le baril qui détonne, le baril qui explose, le baril qui m’emporte,
c’est elle, uniquement elle et encore elle

quand je la sens déflagrer quasi à chaque instant en moi,
rien de violent ou si peu, les angles sont tellement arrondis, tellement lascifs,
tellement de courbes qui dansent en moi
que malgré la puissance irrésistible de chaque déflagration
où je me sens emporté de plus en plus loin aux confins de moi-même,
tout ce que je sens c’est une mer de soie, une mer de miel doré, à l’infini, lentement mouvante,
toutes mes plaies sont instantanément derrière moi, toutes mes peurs aussi,
plus rien d’autre n’existe que cette félicité qui a envahi ma chair,
je me sens comme un ballon relié à mon corps,
dansant joyeusement

il y a des réponses extraordinaires dans la chair
une félicité qui nous réconcilie avec nous-même,
qui nous emplit d’amour vers le monde