#29391
EpictureEpicture
Participant

Bonjour à tous, Du nouveau ! Enfin !

Quand @jieffe tu as écrit :

Ma prostate n’a pas mis longtemps à me titiller, provoquant une contraction des sphincters, et c’est parti mon kiki…

Je me suis dit : c’est là que je bloque. Je n’ai pas de contraction des sphincters qui soit autonome. Or c’est bien l’emballement du cycle – plaisir ressenti par ces contractions qui provoque de nouvelles contractions qui provoque du plaisir, et ainsi de suite – qui est la voie, l’unique voie, vers l’orgasme prostatique.
J’ai bien ressenti des crépitements, des étincelles, du plaisir, des p-wave, etc… mais, pas de contractions involontaires, si bien que mon processus fonctionne comme un moteur de voiture qui tousse. Parce que des spasmes de l’abdomen et du thorax, j’en ai, ça oui, mais ça ne provoque aucun emballement, c’est plutôt le contraire. Je me suis dit : je suis mal programmé. C’est mon abdomen qui se contracte, et pas mes sphincters. Il faut que je trouve une solution pour déplacer les contractions de l’abdomen vers les sphincters… bref j’étais perdu. Pas inquiet, mais je me sentais un peu comme un animal errant sur mon cheminement.

Et… Hier, je pratiquais en a-less des contractions des sphincters de l’anus, du périnée, du plancher pelvien, pour lesquelles à force d’entrainement et de pratique j’ai acquis une assez bonne maîtrise (c’est-à-dire que je parviens mieux à moduler la puissance des contractions, à localiser le muscle travaillé, et à maintenir des contractions prolongées), je maintenais une pression longue, 1 minute environ, plutôt sur le muscle situé juste sous le coccyx, et surtout assez faible, mais juste assez pour en sentir la réalité. Cela était bien agréable ce qui m’encourageait à continuer ce petit travail pendant quelque temps, maintenant légèrement une contraction longue sur l’arrière de mon plancher pelvien. Et là, j’ai senti une petite contraction involontaire venir se surajouter à ma contraction volontaire, au niveau du sphincter interne augmentant de façon assez nette le plaisir déjà ressenti. Sans m’emballer, je me suis dit : « Te voilà toi, je te tiens ! » alors j’ai poursuivi l’entrainement, et cela s’est confirmé, chaque nouvelle contraction volontaire longue et faible donnait lieu à des minis contractions involontaires de plus en plus claires et surtout agréables.

Je me suis dit que je n’allais pas en resté là et qu’il fallait le soir, que je pratique la même chose avec masseur. j’avais pratiqué toute la semaine avec junior et device, et j’avais fini la semaine samedi avec péridise (le plus gros). Mais cette fois-là, je voulais revenir aux fondamentaux, en ajoutant cette nouvelle composante. J’ai donc enfourché mon helix trident, et me voilà parti : J’ai pu constater avec grand plaisir, l’efficacité de la méthode. Bon la machine ne s’est pas emballée, j’ai eu de très bonne sensations avec des contractions involontaires de plus en plus consistantes, et j’ai pu tester plusieurs modulations de contractions volontaires, jusqu’ à ce qu’elles se confondent avec les contractions involontaires. TOUT repose sur la légèreté de la pratique : il faut une délicatesse exemplaire, une écoute totale, et le reste : concentration, respiration, relaxation, en s’améliorant viendra j’en suis sûr perfectionner la technique et ouvrir une nouvelle voie.

Je me suis alors souvenu d’un passage du traité :

Inspirez profondément avec vos poumons et ventre tout en contractant délicatement vos sphincters et maintenez ces contractions pendant environ 15 secondes puis expirez lentement tout en relâchant partiellement vos sphincters. Répétez cet exercice entre 20 et 30 fois.

Tout était là, sous mon nez.

Bon cheminement à tous !