#29403
JieffeJieffe
Participant

Andraneros

Tu n’as pas à être désolé. Ta participation au forum ne t’oblige pas à enchaîner tes sessions au-delà de tes forces, tu as raison de prendre le repos dont tu as besoin

C’était surtout sous forme de boutade, en rapport avec ce que tu avais écrit 🙂

Tu dois commencer à comprendre de mieux en mieux en quoi notre pratique est un cheminement sans fin, à l’image des orgasmes prostatiques qui te poussent à des sommets de jouissance sans couper ton désir

Oui, je commence à le comprendre de mieux en mieux. C’est fabuleux.

tu renonces à être @jieffe qui se donne du plaisir, tu renonces à être @jieffe qui assiste à son plaisir, tu deviens enfin @jieffe le plaisir que tu vis…Tu vis ta jouissance dans l’instant,…

Oui. En fait, durant ces moments là, tu ne penses plus à rien, tu vis, tout simplement. Et lorsque tu reviens un peu dans un fonctionnement plus quotidien, quand ta prostate te laisse quelques temps de repos, les seules pensées que tu as sont du type ‘Oh putain’, ‘mais qu’est ce que c’était’, ‘oh mon dieu’….

Tu ne nous dit pas comment se fait ta reprise, si tu repasses par les stades d’un début normal de session ou si tu te retrouves instantanément en phase orgasmique

Et bien en fait mes débuts de séances sont assez rapides, et je n’ai pas d’étapes particulière. Autrefois je pratiquais cette respiration profonde que j’ai décrite dans de précédents messages, aujourd’hui je m’étends et me détends, et ça vient tout seul, assez vite.
Pour les reprises ( ça ne m’est arrivé que deux fois pour le moment), c’est un peu pareil, en plus rapide encore je dirais. Je me recouche, et ça repart très vite. Je ne fais rien de particulier. En revanche, en me levant, je conserve le masseur en moi et les mouvements de la marche le font bouger, ce qui entretient certaines sensations.

Ressens-tu encore ce nœud ? Ou bien l’utilises-tu désormais pour faciliter la circulation de l’énergie que tes orgasmes libèrent ?

Depuis que je laisse s’exprimer ma joie (:) ), je ressens beaucoup moins de pression dans ma gorge, cependant, j’en ressens toujours un peu. Je mets ça sur le dos d’une pudeur naturelle, qui me fait craindre un quidam alentours qui pourrait m’entendre, bien que je sois assez éloigné de tout. Une sorte de contrôle tout de même.
Le soin du palais moi me libère bien mieux. Lorsque je l’utilise (ça ne fait que deux fois la encore) je ressens une plus grande liberté dans ma gorge, sans pour autant faire plus de bruit, enfin me semble t’il. Si l’on parle d’énergie, alors oui, je dirais que cette méthode permet de la faire circuler plus librement.

Tadescription ressemble à des manifestations de cette forme d’énergie que je ressens aussi et que j’associe à tort peut-être à des manifestations de « kundalini.

Je ne maîtrise pas non plus, en fait, j’en ai juste un peu entendu parler. Mais ça m’intéresse, je vais me renseigner un peu la dessus. En revanche, ce que je peux dire très clairement, c’est que ces deux assauts ont été la conséquence du plaisir ressenti, ça ne fait aucun doute.

Comment pratiques-tu maintenant avec tes tétons ? Que t’apporte la stimulation de ces deux petits points ?

Alors c’est un peu curieux. Durant mes séances, je l’ai déjà écrit, j’ai parfois l’impression d’avoir de petits seins. Sans les toucher, l’ensemble de mes pectoraux, pas seulement les tétons deviennent suffisamment sensibles pour me donner l’impression d’avoir de petits seins. Jusqu’à présent lorsque je ressentais cette impression, je pensais que c’était le bon moment pour caresser mes tétons, ce qui avait pour conséquence le plus souvent de faire fuir le plaisir. Hier en particulier, mais également durant les 2-3 dernières séances, le simple fait d’approcher ma main à ce moment là, de la poser non loin des mamelons m’excitait. Hier, j’ai caressé un de mes tétons avec le bout de mon doigt, doucement au début, l’orgasme est arrivé alors très vite, et j’ai bien identifié que cette caresse en était la cause. La caresse s’est fait alors plus pressante, augmentant l’intensité de l’orgasme. Mon doigt a pressé le petit bouton plus fermement, puis la main s’est saisie du sein tout entier. Mais c’est encore une sensation fragile, et ce n’est pas comme cela que j’ai obtenu les orgasmes les plus intenses.
Il arrive souvent lors de mes orgasmes d’empoigner mes seins, de les malaxer je dirais.

Devons nous comprendre que ta session s’est prolongée bien au-delà des 45 à 60 minutes qui semblaient la durée normale de celles dont tu témoignais ces derniers jours ? Quand je lis « pour dormir un peu » je suis tenté de penser que tu as passé plus de temps à jouir qu’à dormir…

Et bien en fait non, je pense qu’elle n’a pas duré plus d’une heure, mais c’est comme si j’avais franchi une porte de l’espace temps. Comme si le temps s’était arrêté. J’ai l’impression d’avoir voyagé dans les limbes du plaisir bien plus d’une heure en tout cas. Peut-être a t’elle duré une heure et demie, tout a plus. Durant mes débuts, c’est l’impression inverse que j’avais. Je pensais y avoir consacré 10 mn alors que ça faisait 1/2 que j’y étais. Hier ça a été l’inverse, si je ne me trompe pas sur les horaires, ce qui n’est pas impossible, j’ai cessé de regarder l’heure de départ 🙂
Non, je n’ai pas plus joui que dormi. J’ai mis fin à 12h00, je me lève à 5h00, parce qu’après les journées sont dures. Ah je ne dit pas que je n’aurais pas continué, mais j’avais mon compte, largement.

Je t’ai déjà dit « N’oublie pas, ce n’est que le commencement ! » Si je te le redisais…?

Et bien, il va me falloir prendre des vitamines.
En fait non, je ne pense pas en avoir besoin. J’ai écrit que j’était bien ce matin, et je le suis toujours. Un poil fatigué mais guère plus que ce matin.
Je suis bien!!!

Bon cheminement Andraneros.