#29767
bzobzo
Participant

je suis d’accord avec toi, à un détail près; il faut être très attentif à ce que l’on ressent, sans être attentif à ce que l’on fait. Enfin, c’est ma façon de voir les choses.

c’est difficile, c’est une question d’interprétation.
Moi je n’ai pas la sensation d’avoir besoin de faire attention à ce que je ressens,
cela se fait tout seul,
à partir du moment où je me « découple » , c’est-à-dire que je vide ma tête,
que je laisse mon corps s’emparer de mon attention,
j’ai l’impression, ce que j’ai décrit longuement avant,
qu’une place se vide complètement, qu’un terrain où habituellement il y a les pensées, une partie de l’attention,
se retrouve vide, désertée,
ça et le fait d’être en action mû par le corps,
cette place va automatiquement être emplie partout ce qui monte,
toutes les sensations, tous les signaux

tu fais attention à tes sensations, tu tiens encore toujours les rennes de ta séance,
stoppe complètement le focus, tue-le,
donne une chance à ton corps de s’en emparer
et à ce moment tu vas te découpler totalement de ton corps en action,
c’est lui qui va te mener à 100%
et toutes les sensations vont radicalement changer d’un instant à l’autre

e voulais te dire également au sujet des yeux, que depuis peu, il m’arrive d’ouvrir les yeux, le plus souvent sur la poussée du plaisir. C’est assez nouveau, depuis quelques séances, alors que j’ai toujours les yeux fermés durant mes séances et mes orgasmes, il m’arrive aujourd’hui sous la poussée du plaisir d’ouvrir les yeux. C’est un acte totalement inconscient, ça vient comme ça, et c’est même assez perturbant. Certainement parce que c’est nouveaux. Mais la plupart du temps, cela empêche le plaisir de se développer plus encore.

c’est parce que tu n’as pas l’habitude

j’ai déjà longuement parlé de cette alternance, ce n’est pas évident à mettre en oeuvre,
la première fois que j’en ai parlé , c’est plus d’un an,
une longue suite de récits enthousiastes suivis de lendemains où je déchantais

mais là, c’est maîtrisé et c’est un outil majeur,
le plaisir est tellement différent,
enfin j’ai longuement décrit cela plus haut,
à quel point les sensations étaient différents
et que si on alternais à fréquence serrée,
comment les sensations commençaient à amalgamer, à fusionner
et finissaient même par produire quelque chose de nouveau, de totalement différent
à partir des caractéristiques et des spécificités de l’un et de l’autre

tu n’y es pas habitué, tu es encore trop à la merci de tes sensations,
il faut imposer ta volonté animale, ta volonté d’aller en avant dans le plaisir,
tes yeux s’ouvrent, tu es décontenancé,
essaie de garder les yeux ouverts et faire comme si de rien n’était,
continuer comme si de rien n’était,
c’est un mécanisme que j’ai décrit,
il est essentiel pour parvenir à « découpler » son corps,
des pensées viennent, une crainte vient, quelque chose de nouveau qui te surprend désagréablement,
il ne faut pas réagir, fais comme si de rien n’était
même si les sensations se sont éteintes,
tu continues l’action comme si de rien ne s’était passé,
en imposant ainsi ta volonté, les sensations vont revenir,
au bout de quelques secondes ou quelques minutes,
elles vont revenir
et au bout d’un certain temps, tu pourras faire face à ce genre de contrariété
en balayant en une fraction de seconde, la pensée paralysante,
l’impression tétanisante que cela ne va plus

bien sûr cela ne marche pas avec tout
mais à priori si c’est quelque chose qui peut devenir très positif pour ta pratique
comme par exemple, cette alternance de moment passés yeux ouverts et de moments passés yeux fermés,
c’est comme cela qu’il y a moyen de vaincre , de faire rentrer cela dans ta pratique

mais va-s-y à ton rythme,
si tu ne te sens pas prêt, ne te force pas,
tu as tout le temps

et certainement de nombreux orgasmes

pas beaucoup d’orgasmes pour l’instant
mais cela n’a pas d’importance,
les orgasmes sont la cerise sur le gâteau
mais j’ai déjà le gâteau, c’est ce qui compte

on peut parfois arriver un peu par hasard à des résultats étonnants, sensationnels
mais après pour les reproduire,
c’est une autre histoire

non, le plaisir prostatique, c’est comme une formule 1,
c’est beaucoup de réglages fins, une mécanique puissante mais fragile,
alors quand on introduit quelque chose de nouveau là-dedans,
il faut à nouveau tout recalibrer, tout faire fonctionner ensemble

j’ai introduis dans ma pratique le découplage total du corps menant l’action
et puis l’alternance yeux ouverts-yeux fermés,
je suis en train de tout recalibrer, de tout régler à nouveau

mais ce n’est vraiment pas un problème quand le plaisir est si riche, si dense à chaque instant,
tellement neuf aussi désormais,
sur une séance, la palette de mes sensations s’est tellement enrichie,
j’ai l’impression désormais d’avoir un spectre tellement large de sensations,
vraiment comme si à chaque instant je ressentais quelque chose que je n’avais jamais senti avant

je t’embrasse aussi cher @jieffe
plein de choses agréables à toi aussi