#29828
bzobzo
Participant

Alors là, je dois dire que tu touche ici a ce qu’il me semble, le point essentiel de la pratique : ce que tu nommes le « decouplage »
C’est tres subtil n’est ce pas ?

subtil mais en même temps assez simple finalement

Je dis souvent : « être concentré sur ses sensations », mais j’ai l’impression que ca bloque leur progression. Si on y pense au sens de se les raconter avec des mots au moment ou on les vit, ca les bloque. Si on se concentre dessus, sans blabla, ça les bloque aussi. Il y a un troisième stade : ni concentration, ni blabla : juste vecu du vivant en cours.
Est ce que la reformulation (en toute humilité) a partir de ma compréhension de ce que tu nommes

c’est tout à fait correct, c’est très exactement cela

Pourrais tu dire qu’à un moment donné l’esprit désarme, ou qu’il reste toujours en embuscade, pour reprendre le contrôle ?

il y a des moments où il désarme complètement mais jamais plus de quelques minutes,
dans les moments paroxystiques

la plupart du temps, il reste en embuscade pour reprendre ta terminologie
mais ce n’est pas un problème, plus chez moi en tout cas

c’est un peu comme un ciel qui serait traversé de météores,
une pensée passe parmi les sensations qui occupent l’essentiel de la place,
elle peut être triviale, genre « qu’est-ce que je vais manger ce soir? »
ou plus concernant ce qui se passe, des espèces de suggestions,
genre « tiens, ce serait mieux de faire cela comme ceci »

c’est donc juste une question de continuer à la laisser filer,
elle va ainsi disparaître en une fraction de seconde

mais toutes ces manifestations de notre esprit, de notre intellect
prennent toutes sortes de formes, pas seulement des pensées clairement émises,
ce peut être juste des impressions ou un sentiment de découragement
ou face à quelque chose de nouveau, une crainte ou l’impression tétanisante
que notre plaisir est en train de disparaître ou va disparaître

en fait, c’est simple, tout ce qui n’est pas sensations émanant de notre pratique,
ne devrait pas être là,
doivent être traités comme des météores qui doivent disparaître aussi vite que possible,
ne rien faire donc, juste les laisse filer

concrètement, il ne faut se concentrer sur rien, penser à rien,
juste se laisser aller comme un mollusque avec son esprit
et laisser faire notre corps en action,
une fois qu’on a l’habitude,
on sent en nous ce que j’ai appelé dans ce fil ou un autre,
une volonté animale,
une volonté animale qui veut rester au plus près du plaisir,
c’est notre corps par le truchement de notre instinct, notre moi reptilien,
je ne suis pas sûr, il me semble que cela correspond assez bien

dès que je sens que quelque chose essaie d’affaiblir les sensations en moi,
il ne faut pas se fatiguer à essayer d’extraire la pensée ou autre intrus,
il ne faut s’en occuper d’aucune autre manière
que juste la laisser filer, continuer son chemin

avec l’habitude, je donne un coup d’accélérateur à l’intrus,
j’applique une sorte de coup de balai quasi automatiquement en moi,
ce qui obscurcissaient mes sensations avec tout le reste,
est évacué en une fraction de seconde,
la place est vidée et peut être envahi quasi instantanément dans la foulée
par des fraîches sensations qui montent de toutes parts en moi

c’est un mécanisme qui s’est mis peu à peu en place,
je laisse faire en fait cette volonté animale en moi,
elle est implacable, elle est impitoyable quand je suis en forme,
elle pourfend tout ce qui bouge et qui peut entraver les sensations,
le corps doit exulter, le corps doit délirer, je la laisse faire ce qu’il faut,
je la laisse chasser de la place tout ce qui vient entraver cette quête

Ces réglages subtils sont ils justement un jeu subtil dans lequel le corps laisse l’esprit en suspension, ou légèrement en décalé, d’où decouplage ?

hum, je ne sais pas vraiment la nuance,
je ne vois pas vraiment de différences entre tes deux propositions,
effectivement il s’agit de moucher l’esprit,
suspension ou décalage? je ne saisis pas vraiment la nuance

peut-être veux-tu dire que le décalage serait plus accentué,
l’esprit plus en sommeil?
si c’est ce que tu veux dire, c’est progressif, dans les meilleurs moments,
l’esprit n’existe pour ainsi dire plus du tout,
je ne suis plus qu’une éponge imbibé de sensations,
toute pensée semble s’être éteinte en moi, là je suis complètement décalé?

mais en fait je ne vois pas vraiment de différence entre tes deux propositions,
disons plutôt que je mets l’esprit en suspension plus ou moins fortement

mais je pense que dans les débuts, il faut rester concentré sur ce que l’on ressent, et lâcher cette concentration au fil du temps.

chez moi c’est variable,
parfois directement je ne suis pas du tout là
et c’est mon corps qui fait tout
puis après quelques minutes ou quelques secondes, je reprends les rennes
parce que une pensée m’a proposé quelque chose
et cela m’a plu donc j’obtempère,
j’applique la suggestion,
donc c’est de nouveau moi qui me concentre, moi qui fais attention sur quelque chose en moi

mais l’idée toujours, c’est quand même de laisser mon corps
reprendre la direction des opérations aussi vite que possible

par contre je crois que quand on est débutant,
il vaut mieux prendre son temps et se concentrer sur ses sensations,
ne pas essayer d’appliquer tout ce que j’ai décrit,
il faut avoir un certain niveau technique,
acquis un niveau technique certain
et être capable aussi de se libérer de la technique

la technique libère à condition de se libérer de la technique,
à partir de ce moment le corps peut utiliser sans nous,
une fois qu’une technique base est là, est bien rentré en nous,
le corps peut s’en servir, le corps peut s’en servir sans nous,
c’est le bon moment pour lui donner les pleins pouvoirs
mais si une technique de base n’est pas encore là,
ce qui risque d’arriver plus qu’autre chose, c’est de la confusion,
ce n’est pas une spontanéité irréfléchie que je prône
mais laisser faire le corps, ce n’est pas la même chose,
le corps réfléchit à notre place les gestes, les mouvements,
ce n’est pas vraiment spontané,
j’assiste en tant que spectateur le plus neutre possible
aux gestes, aux mouvements qui sont en train de se faire

je ne suis pas sûr que mes explications soient très claires,
j’espère que je n’embrouille pas plus que j’apporte des réponses