#29972
bzobzo
Participant

j’écrivais encore hier que l’utilisation de ce pôle masculin
était encore pas tout à fait maîtrisé,
ce que j’aurai du écrire en fait,
c’est qu’il manquait quelque chose,
c’est désormais reparé

depuis l’utilisation de mes parties génitales quasi constamment durant la séance,
j’appliquais les contractions toujours de la même manière
avec mille et une variantes
mais toujours selon le même principe,
des pressions constantes sur la prostate plus ou moins longues, plus ou moins fortes

ainsi j’avais cette extraordinaire sensation d’onctuosité coulant en moi,
cette sensation de félicité peu à peu, d’épanouissement,
c’était nouveau pour moi de sentir le féminin ainsi
prenant une telle envergure,
fleurissant à ce point avec une telle richesse et une telle qualité

aussi j’ai utilisé cette manière exclusivement depuis un certain temps,
oubliant complètement le type de mouvement qui était le mien depuis toujours
avec lequel j’ai commencé à prendre du plaisir, avec lequel j’ai progressé
jusqu’à pouvoir enchaîner parfois des dizaines d’orgasmes sur une séance,
ai connu avec des super O, etc,
à savoir les va et vient,
un mouvement qui essaie de reproduire la pénétration d’un sexe dans un vagin,
j’y réussissais pas mal du tout
mais là j’ai abandonné ce mouvement complètement depuis quelque temps,
l’avais même complètement oublié
tel avait été mon enchantement avec cette onctuosité, cette félicité qui envahissait mon corps,
avec ce plaisir qui semblait si riche, si rayonnant, si paradisiaque

hier soir, je l’ai redécouvert ce mouvement qui m’a accompagné tout le long de mon parcours
et désormais je l’alterne avec l’autre,
c’est d’une puissance ainsi, j’en suis tout chose rien que d’y penser

aujourd’hui au boulot, j’ai pas arrêté d’aller aux toilettes
tellement c’est devenu irrésistible,
tellement c’est devenu bon,
je n’en pouvais plus,
à peine rassis à ma place au boulot,
je ne pensais plus qu’à cela, il fallait que j’y retourne,
que je sente ces sensations si riches, si puissantes en moi, m’emplir

je constatai aussi
que les lentes pressions insistantes
allaient mieux, en pratiquant les yeux fermés,
sensation incroyable de plonger en soi-même,
toujours plus profondément comme un plongeur descendant dans les abysses,
enveloppé par la caresse constante de toute cette onctuosité,
de toute cette chaleur, de toute cette douceur frémissante,
d’une paix intérieur souveraine

alors que les mouvements de va et vient, de pénétration
allaient mieux en gardant les yeux ouverts,
le caractère extériorisé du plaisir, son animalité exacerbée,
cette sensation de se faire prendre, de se faire baiser,
allaient pile poil avec

bien sûr je n’en tire pas une règle, pour l’instant du moins,
je constate cependant
et je continue à explorer avec gourmandise,
avec tout mon amour à la manœuvre

je vous embrasse