#29974
bzobzo
Participant

j’ai beaucoup de mal à utiliser l’expression ‘plaisir prostatique’, mon univers sexuel est non prostatique, il est tellement féminin.

je me faisais aussi la réflexion qu’utiliser l’expression « plaisir prostatique » en rapport à ma pratique,
si je tiens compte à quel point elle a divergé de la manière la plus courante de pratiquer,
la manière décrite dans le traité d’Aneros,
surtout que dans ma progression depuis le début,
j’ai connu le vrai plaisir prostatique tel que décrit sur les forums,
j’ai connu les multi-orgasmes, j’ai connu les super O
mais cela n’a plus rien à voir avec ce que je ressens
mais alors plus rien

à partir du moment où le féminin est monté en moi, a pris peu à peu les commandes,
mon plaisir a complètement changé,
désormais il n’a plus rien à voir avec ce que j’ai connu à une certaine époque,
le plaisir prostatique que j’ai connu

cependant même si ce n’est plus du plaisir prostatique que je ressens,
ma prostate est constamment impliquée dans ce que je fais
et dans le plaisir que je ressens,
sans elle, le féminin ne pourrait pas monter, ne pourrait pas prendre les rennes,
sans elle, il n’y aurait rien de ce que je ressens,
ce plaisir au féminin, ces jambes que j’ouvre comme pour me laisser pénétrer,
ces seins que je caresse comme si c’était une poitrine gonflée, haletante,
toutes les rondeurs que je sens, toutes les courbes, cette chute de reins,
je me sens comme une liane lascive
avec un délicieux orifice en bas

je sens bien qu’à chaque contraction, elle vibre, ma prostate,
et lève, éveille, ce que j’appelle, les lames de fond de mon plaisir

je n’utilise presque jamais non plus un masseur
mais contrairement à toi,
j’ai besoin des contractions, j’ai besoin aussi de mes parties génitales,
ensemble ils éveillent ces deux pôles dont je parle sans arrêt,
le pôle masculin et le pôle féminin qui permettent à deux amants de s’ébattre en moi,
se servant de mon corps, de mes sens, de mon amour, de ma capacité d’aimer comme carburant,
enfin c’est comme cela que je vis
et c’est comme cela que je me l’explique

je continue d’être persuadé que ta prostate, cher @ch313, intervient constamment chez toi aussi,
même si tu t’en rends pas compte,
par la circulation des énergies sexuelles,
tu dois la faire vibrer d’une manière ou d’une autre,
ainsi que tes parties génitales d’ailleurs,
je crois que tu as aussi ces deux pôles que j’ai décrits

mais le féminin dans cette histoire, bien sûr, ce n’est pas à toi que je vais l’expliquer,
c’est le féminin en nous qui est géant, qui déploie ses ailes d’albatros magnifique,
qui nous fait voler et encore voler

tout ce féminin, ce sont les forces vives en nous, les forces créatrices en nous,
j’essaie de te rejoindre peu à peu, je progresse bien, tous les jours,
tous les jours je sens ce féminin en moi de plus en plus en expansion,
de plus en plus puissant, omniprésent
mais tu es tellement plus loin,
je t’envie cela un peu par moments, tu es tellement loin,
je sens que le féminin chez toi est totalement libéré
à plein potentiel, à pleine puissance

tu as refusé plus haut, le terme de don,
tu as pourtant un talent unique que tu as certes développé, accru, appris à t’en servir
mais il devait être là avant, comme un filon inexploité,
c’est de l’or en barre que tu as en toi, profites-en bien, cher @ch313 de cette chance merveilleuse
de ce filon filou, de ce filon coquin que tu as su découvrir et exploiter

il n’est pas là en chacun de nous,
on aurait ce genre de récit que tu nous relates bien plus souvent,
or c’est la première fois que je lis un témoignage pareil,
certes on y reconnait certaines caractéristiques du tantrisme
mais utilisée d’une toute autre manière, appliquée d’une toute autre manière,
auto-hypnose? peut-être, sans doute aussi,
cela pourrait être cela en partie aussi