#29997
bzobzo
Participant

ce que je décris juste au-dessus dans mes deux derniers messages
ont été des moments extraordinaires,
mes meilleurs jusqu’ici en aneroless,
la qualité du plaisir était telle,
le féminin en moi était en roue libre comme encore jamais avant

mais depuis je me suis heurté à un sérieux problème,
à savoir mon sexe qui durcit progressivement,
deux fois en plein action, emporté par le désir,
j’ai senti que l’éjaculation était pas loin
et j’ai du faire un atterrissage en catastrophe pour ne pas lâcher ma bordée

je n’en veux pas pas de l’éjaculation,
de mon expérience, après il faut des semaines pour retrouver la même puissance ,
même si cela re-fonctionne dès le lendemain,
alors si on a pas un compagnon ou une compagne avec qui jouer,
tout seul dans mon coin, je réserve mes forces là où c’est vraiment intéressant,
donc pas de jet de sperme

cela m’a terriblement déprimé dans un premier temps
car les sensations avaient été telles, d’une telle qualité,
comme je l’ai déjà écrit, ce qui m’intéresse avant tout,
c’est de vivre ce plaisir au féminin, de sentir celui-ci s’épanouir,
il faut l’avoir vécu au moins une fois pour comprendre,
l’avoir vécu dans sa chair cette sensation d’épanouissement,
de bien-être généralisé, de plénitude,
c’est comme si on portait en soi un fruit qui pousse, qui grandit
un fruit qu’il s’agit de faire mûrir
de lui faire prendre de plus en plus de couleurs, de rondeurs et du goût,
c’est comme si tout notre être était quelque part dans ce fruit au moment de la séance,
comme si tout notre être était en ce fruit

s’élever, que l’envol soit beau, toujours plus beau, toujours plus loin,
vivre l’instant présent dans toute sa richesse,
sentir les sensations comme un mille-feuille dont nous avons investi toutes les couches,
croquer, croquer à pleines dents,
ce plaisir peut devenir bien plus que du plaisir

donc pour l’instant freiné, contrarié,
j’ai décidé après quelques moments à me lamenter sur moi-même
à me lancer en avant, pas question de reculer, il faut aller de l’avant,
je me suis mis au lit et étant pour l’instant à court d’idées,
je me suis laissé aller, lâché tous les freins,
voyons voir ce que mon corps a à me proposer,
je le laissais faire, je me suis mis en roue libre,
si je laisse improviser sans intervenir un seul instant
avec tout le bagage technique que j’ai mis au point,
qu’est-ce qu’il a à me proposer mon corps pour pallier à cette contrariété,
dépasser cet obstacle

ai déjà eu deux, trois séances comme cela, c’est très prometteur,
très très prometteur même
mais je ne vais pas en parler plus, vais attendre que cela se précise,
mon laboratoire est en pleine ébullition, cela expérimente de tous les côtés

bon dimanche à tous les libertins et libertines,
temps de se lever, les queues sont au repos, les ventres vides,
le sperme a séché, les arrière-trains sont un peu engourdis
de tous les séismes nocturnes qui les ont secoués,
faites comme moi,
aller prendre votre petit déjeuner, cela ira mieux après deux cafés
et deux, trois Alka Seltzer