#30412
bzobzo
Participant

aujourd’hui au boulot, à midi
dans la petite salle de gym où il n’y a jamais personne sinon votre serviteur,
des moments sublimes de plaisir
qui m’ont bien confirmé l’étape importante que j’ai franchie,
sans doute la plus décisive depuis bien longtemps

comme j’écrivais juste au-dessus:

ponctuer l’action avec ce qu’il faut de mise en suspens de l’action
pour goûter aux résultats de ce qui a été déclenché

respecter le cycle des sensations,
ne pas essayer de courir après la sensation suivante
alors qu’il y en a encore une qui brûle en nous

j’ai ralenti mon bassin,
ralenti le mouvement de mes cuisses et de ma main droite
qui joue avec mes parties génitales,
tout cela s’est nettement calmé,
voire est complètement à l’arrêt pour bien goûter aux sensations,
en apprécier chaque nuance

cette alternance de moments d’action et de moments d’inaction,
le mot inaction en fait n’est pas correct du tout
car ne plus bouger, ce n’est vrai qu’en apparence,
cela ne veut pas dire être totalement inactif,
c’est juste une action de type différent qui se met en place,
d’abord déjà il y a toujours la contraction en action
qui continue à accompagner la sensation en plein essor, à l’optimiser,
à en extraire la substantifique moelle,
c’est déjà une action majeure, cela

mais il y a aussi ce qui rend possible pleinement la dégustation de la sensation,
l’écoute attentive de ce qui se passe dans le corps,
mêlée à l’action de se laisser aller,
à l’action de s’ouvrir, à l’action de s’offrir au plaisir,
tout cela forme aussi une action aussi,
une dynamique d’une tout à fait autre sorte,
une dynamique développée grâce au féminin en moi, grâce au féminin éveillé en moi,
cette action de s’ouvrir, de se laisser aller,
de se laisser envelopper par le plaisir, de se laisser emporter par le plaisir,
de céder totalement, abandonner toute volonté, toute résistance,
pour se mettre entièrement, en bloc, sans arrière-pensée entre les mains du plaisir,
n’être plus qu’une feuille légère emportée par le torrent des sensations,
tout cela forme une action sublime, puissante, lentement apprise,lentement développée
qui est essentielle à ma pratique
et qui là désormais ponctue de façon totalement optimale
ces moments où le corps est en mouvement, où le corps est en action plus physiquement