#30462
AvatarEnvole
Participant

Hello @bzo,
merci pour tous ces merveilleux moments…

C’est étonnant, parce que nous ne sommes pas parti.e.s du même endroit dans le plaisir, mais quand je lis ça :

eh bien j’étais comme cela pour la première fois
pendant tout le quart d’heure qu’a duré cette séance,
les sensations étaient devenues
tellement fortes, tellement riches, tellement prenantes, à chaque instant
que l’émotion m’étreignait à chaque nouvelle vague qui s’éveillait en moi,
j’étais bouleversé par tant de bonheur qui envahissait ma chair,
je n’arrêtais pas de frissonner et de pleurer à chaudes larmes

je ressentais même temps que des crêtes
où il faisait bon danser, où il faisait bon festoyer,
une telle paix comme terreau à mon plaisir,
un tel baume apaisant semblait s’écouler en moi,
mon âme semblait baigner dans une insondable douceur,
je baignais lascivement dedans comme dans une eau voluptueuse et caressante
qui semblait s’insinuer partout, m’infiltrer partout

le plaisir était puissant, violent aussi en même temps,
une danse frénétique, joyeuse, désordonnée, enfantine
mais il y avait toujours dessous ce terreau d’une douceur incroyable,
ce lit onctueux dans lequel il faisait bon retourner se vautrer encore et encore,
se laisser aller, s’ouvrir et encore s’ouvrir,
s’éteindre, céder , se laisser emplir par ce calme des grandes profondeurs

j’ai l’impression que j’aurais pu l’écrire, tellement ça correspond à ce qui se passe chez moi…(à part les larmes, mais sinon il y a tout le reste !!!!)
C’est beau quand on atteint à ces ondes de plaisir-là…

Petit ajout au sujet de la stimulation pénienne : j’ai remarqué que, plus on explore le potentiel érotique et orgasmique de son corps, de toutes les parties de son corps, mieux on profite ensuite de la stimulation pénienne, parce qu’on a appris à repérer tous les « signaux faibles » que la masturbation classique met de côté au profit d’une vision extériorisée et mécanique du pénis (« grossit-il ? l’éjaculation arrive-t-elle ? A quelle vitesse faire le va et vient manuel ? )

En fait quand on a découvert son corps, on ressent comment à chaque stimulation du pénis, celui-ci envoie dans le corps de multiples stimulations sensorielles, qui sont autant de délices si on sait les déguster…Finalement on en arrive à utiliser le pénis comme un gros clitoris, qui stimule tout le reste du système érotique…La bandaison ne devient plus alors un pré-requis du plaisir, d’ailleurs il est un exercice intéressant de se caresser le pénis alors qu’il ne bande pas et qu’il n’a pas envie de bander, mais dans l’intention d’éveiller des plaisirs intérieurs…Comme il n’y a pas d’érection, c’est encore plus facile de ressentir les plaisirs intérieurs, à condition de caresser gentiment le pénis, sans l’agresser…Le titillement du frein en particulier est très puissant dans cette optique…
Dernière chose, j’ai remarqué qu’autant la masturbation pénienne trop rapide laisse un sentiment de vide qui peut être parfois déprimant, autant l’éjaculation, quand elle se situe à la fin d’une période de plaisirs intenses, parfois plusieurs heures, parfois même deux jours…Et bien elle n’a plus du tout ce côté déprimant, au contraire, c’est comme le point final d’un marathon du plaisir qui permet d’une certaine façon de conclure cette période faste, de passer à d’autres choses intéressantes de l’existence…Jusqu’à ce que la libido se réveille à nouveau, très bientôt !!!

Enfin c’est mon expérience…Personnellement par contre je ne pratique plus l’érection, uniquement l’éjaculation après jeu du clitoris et de la vulve…ça me comble… 😉

Tout le meilleur !!!!

Naomi