#30473
SophiAirSophiAir
Participant

Bonjour toutes et tous,
une petite précision concernant le fait de se sentir femme.
Je suis homosexuel et lorsque mon compagnon me fait l’amour, qu’il me pénètre je ne ressens pas du tout la même chose. Dans ce cas, je me sens homme, pris et comblé par un homme. Le plaisir est intense, mais pas de même nature. J’utilise bien mon anus, et je n’ai pas de doute là-dessus (ce serait difficile de ne pas s’en rendre compte ;)). Ca renforce l’étrangeté de mes nouvelles sensations.
Après cela, il faut que je vous raconte ce qui m’est arrivé ce matin.
Vers 6h, mon ami se retourne et se place en cuillère dans mon dos. Ça m’éveille légèrement, je sens la chaleur de son sexe contre mes fesses, de son ventre contre mon dos, et là, sans rien vouloir provoquer, ma respiration s’accélère, l’électricité envahit mon bassin, et pendant une heure, jusqu’à ce que mon réveil sonne, j’ai eu des vagues merveilleuses de plaisir. Parfois douces et « mouvantes », je ne sais pas comment dire, comme si elles se déplaçaient à travers et autour de mon corps, et parfois intenses et violentes, « spasmiques », dans mon abdomen, et avec de nouveau, cette claire (ou trouble) sensation de cette vulve qui se forme et qui est pénétrée. Et tout cela en faisant tout pour ne pas réveiller mon compagnon.
En vous décrivant la scène, mes cuisses se croisent, et il faut que je me contrôle… je suis au bureau !
Bref, mon réveil sonne, je me lève avec une pêche fantastique (vive les énergies). Avec toujours des petits fourmillements dans le ventre (les fameux papillons ?). Je prépare mon petit déj, m’installe sur le balcon. Et là, à peine assis, bam, une nouvelle vague s’empare de moi. J’en ai presque lâché ma tasse, et réfréner un petit cri. Je pose ma tasse, et je laisse mon corps s’exprimer. Je suis tout(e) retourné(e). Vague après vague, toujours assis(e) sur ma chaise, mes jambes se croisent, se décroisent, mes tétons pointent et j’ai du mal à ne pas me caresser. C’est très fort. Mais progressivement, j’arrive à reprendre le contrôle, je calme ma respiration et termine mon petit déj. Je finis de me préparer et pars prendre le métro.
Et pour la première fois, le phénomène se reproduit alors que je suis assis dans une rame. Je suis effrayé à l’idée que des personnes se rendent compte de quelque chose. Je ferme les yeux. Après tout, un passager qui dort n’a rien d’exceptionnel, et je cherche à faire en sorte que ma respiration semble régulière. De nouveau, les vagues se succèdent, la femme s’empare de moi. J’ai toujours eu l’habitude de regarder les beaux garçons. Mais ce matin, la vue d’un beau mec est beaucoup plus forte. Il faut refermer les yeux. La claire sensation d’être pris(e). Rester calme. Se laisser aller tout en contrôlant mon aspect. Très difficile, mais apparemment faisable. Même si la femme assise en face de moi a eu un drôle de petit sourire… Est-ce que les « vraies » femmes ont des orgasmes, ou du plaisir comme j’ai pu en avoir ce matin… En tout cas, mon trajet m’a semblé très court et tellement bon.
Voilà ! Au plaisir de vous lire, et encore merci pour cet espace d’expression. Je ne sais à qui je pourrais raconter ça sinon. Je pense que mon compagnon serait un peu jaloux de ce plaisir sans lui.