#30476
bzobzo
Participant

En fait quand on a découvert son corps, on ressent comment à chaque stimulation du pénis, celui-ci envoie dans le corps de multiples stimulations sensorielles, qui sont autant de délices si on sait les déguster…Finalement on en arrive à utiliser le pénis comme un gros clitoris, qui stimule tout le reste du système érotique…La bandaison ne devient plus alors un pré-requis du plaisir, d’ailleurs il est un exercice intéressant de se caresser le pénis alors qu’il ne bande pas et qu’il n’a pas envie de bander, mais dans l’intention d’éveiller des plaisirs intérieurs…Comme il n’y a pas d’érection, c’est encore plus facile de ressentir les plaisirs intérieurs, à condition de caresser gentiment le pénis, sans l’agresser…Le titillement du frein en particulier est très puissant dans cette optique…

tout à fait

intéressant ce parallèle entre le clitoris et le pénis,
bien que logique contenu tenu de la proximité, même de la similitude anatomique
mais je n’avais pas fait ce lien dans ma tête

ce week-end je consulterai des témoignages du plaisir clitoridien par des femmes
pour vérifier si comme ce que je ressens en me chipotant à longueur de séance les parties

mais en tout cas, c’est définitivement étonnant ce qu’on parvient à obtenir comme plaisir ainsi,
moi j’ai vraiment la sensation en fait,
de ne pas du tout ressentir de plaisir pénien en soi
mais que toutes ces ondes mâles viennent augmenter mon plaisir au féminin,
viennent encore plus décoller le féminin éveillé en moi

c’est tout à fait étonnant, tellement fantastique comme mécanisme
clitoris – ondes mâles en la femme, son petit pénis à elle
tout cela se tient quelque part,
je vais faire quelques recherches là-dessus