#30519
EpictureEpicture
Participant

Bonjour @jieffe

Comme tu le sais, comme nous le savons tous, la houle succède à la mer d’huile, et inversement.
Mais on a beau le savoir on est toujours surpris. Comment cela est-il possible de ne pas comprendre pourquoi on peut se retrouver dans un tel creux… ou dans une telle houle (mais ça on préfère en profiter plutôt que se poser des questions).
Je me demande si les périodes de creux ne sont pas associées à :
1. un état mental qui nécessite que la concentration soit portée sur tout à fait autre chose que sa prostate, et ce, de façon prolongée, en particulier le travail, ou un souci familial…
2. La baisse de l’énergie sexuelle en raison d’une fuite d’énergie qui pourrait avoir pour cause : Une éjaculation (d’après Mantak Chia), un excès d’alcool ou stupéfiant, une maladie, une épreuve sportive intense…

Ce peut être une seule de ces causes, ou les deux.

Je sais par ailleurs que tu as pratiqué les exercices préconisés par Mantak Chia

Personnellement, depuis que je travaille sur les exercices de Mantak Chia, mon énergie sexuelle a augmenté. Je la sens bien maintenant, mais il y a encore du travail pour en réguler le bouillonnement. Et, le travail de massage pénien provoque peut-être un déplacement de l’attention portée par le cerveau à l’origine du plaisir, qui masque ce qui provient de la prostate.
En même temps, la prostate se trouve au bout du corps caverneux. Toute manipulation de mon pénis provoque une réaction musculaire du périnée, et vient agir sur ma prostate. Il y a là pour moi, une interaction qui m’oblige, si je veux poursuivre ma progression vers le plaisir prostatique, à distinguer ce qui provient de la prostate, et ce qui provient du pénis.

Qu’en penses-tu ?