#30590
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis @epicture :

15 jours sans éjaculation. Depuis que je pratique cette technique (Mantak Chia), j’ai progressé à vitesse grand V. mes sensations sont décuplées. 

Je suis heureux de lire à quel point la rétention de l’éjaculation améliore ton état physique et ton état d’esprit. J’ai fait la même constatation au fil de mon cheminement sans pratiquer systématiquement le refus de l’éjaculation. Mon ressenti a été beaucoup plus progressif mais je décrirais le résultat comme tu le fais. Je l’attribuais aux effets de mes sessions de plaisir prostatique. Il est vrai qu’à partir du moment où j’ai commencé à vivre mes premiers orgasmes prostatiques le besoin de l’éjaculation n’a fait que se réduire. J’ai ressenti ce changement comme la conséquence de mes sessions de jouissance prostatique. Je ne peux donc pas écarter qu’il y ait un lien entre mon évolution et la réduction de la fréquence de mes éjaculations. Ce sujet est souvent abordé sur le forum officiel de la marque Aneros et dans les blogs associés.
Ce qui paraît le plus spectaculaire c’est la rapidité de tes progrès dans ce contexte. C’est une source formidable de motivation pour la suite :

Mon désir est à 200 %. Je redécouvre cette réconciliation de mon corps et de mon esprit, comme si j’étais moi-même objet de mon désir, source et cible de mon amour. Mon corps est dans les starting-block prêt à décoller presque à chaque instant, de jour comme de nuit. C’est tout simplement incroyable !

Il me semble qu’avec tant d’énergie tu vas très vite basculer dans  » la jouissance sans regret « .

En fait, je sais pourquoi je n’ai pas décollé. Il y a quelque chose en moi qui m’interdit de partir (… ) je suis freiné par une certaine forme de pudeur.

C’est une constatation que nous sommes nombreux à faire. La question est donc de trouver la ou les causes de ce frein. Tu disais hier matin :

Peut-être suis-je comme le fut en son temps @jieffe sous le plafond de verre.

Je pense que la séparation qu’il a vécue a pu beaucoup l’aider à franchir ce plafond de verre. Il a pu ainsi exprimer sa jouissance sans frein, sans limite, sans retenue.

Ce n’est donc qu’une question d’aménagement, de trouver un moment, et un espace ou je puisse me sentir tranquille et serein, et me laisser aller.

C’est rassurant de penser que notre progression est freinée par des obstacles matériels. Mais cet état d’esprit peut conduire à une attente trop forte quand on parvient, enfin, à se lancer dans une session où ces obstacles sont écartés, et donc à une expérience décevante. C’est difficile mais il est important de ne rien attendre de chaque session. Tu le sais évidemment très bien et je l’écris surtout pour les nouveaux lecteurs.

Bon cheminement @epicture.