#30971
EpictureEpicture
Participant

Bonjour à tous !

Je suis sur un chemin vraiment pas conventionnel : la masturbation contrôlée.

J’ai beau essayer de rester collé au massage prostatique comme source principale de mon plaisir, mais le massage pénien sans éjaculation, me fait parvenir à des sommets de plaisirs jamais atteint avec le massage prostatique.
Cependant, je ne suis pas en train de jeter tous mes joujoux de massage prostatique à la poubelle. Il y a une dynamique entre le massage pénien et le massage prostatique. Les deux vont ensemble. Lorsque je me sers de mon sexe et en particulier du gland comme d’un clitoris, j’ai remarqué qu’à chaque petite pression, est associé une contraction au niveau pelvien. La multiplication de ces contractions sont la source d’un plaisir hautement érogène. Il ne s’agit pas du plaisir du massage pénien, qui est pourtant bien présent également, mais celui ci, il faut s’en méfier car il conduit tout droit à l’éjaculation. En revanche, arrivé à un certain point d’excitation, chaque pression sur le gland envoie, via la contraction pelvienne une décharge orgasmique dans mon corps, au point que mon abdomen se contracte violemment et provoque une nouvelle décharge.
Il n’y a rien d’autonome là dedans, tout est provoqué. Pas nécessairement sous contrôle, mais provoqué. Dans la stimulation, il y a un espace protégé, sans risque d’éjaculation, ou le massage provoque des vagues intenses de plaisir, jusqu’à un pic où il faut ralentir, voire s’arrêter, attendre quelques secondes, et reprendre pour un nouveau cycle : si on ne sort pas de cette alternance, c’est sans fin, par contre l’éjaculation arrête tout, et il faut attendre quelques jours avant de pouvoir retrouver suffisamment de désir pour atteindre ces sommets.
Ce matin, dans la succession de ces cycles, j’ai introduit des caresses anales : ça ajoute une dimension nouvelle au plaisir qui est décuplé. Mais j’ai du m’arrêter, je n’avais plus de temps.

Pour le moment, je ne parviens pas à trouver cet état particulier et nécessaire pour que les contractions du rectum deviennent autonomes. Je sais que c’est possible, mais il faut totalement s’abandonner. Matériellement, ce n’est malheureusement pas possible, je sais que ça va me conduire à pousser des cris, je l’ai déjà fait en dormant. De plus je sais que ça conduit à avoir des convulsions, et ça non plus, ce n’est pas gérable dans mon environnement.

Cela dit, je vis quand même des moments de pur bonheur. Je les porte avec moi quotidiennement. Cela peut paraitre à certain comme manquant de partage, mais je ne suis pas encore assez assuré pour que cette démarche soit pour moi une évidence, donc je pratique en solitaire, quand tout le monde dans la maison est endormi. Le matin est le meilleur moment, je suis en forme, et parfois, comme j’ai passé la nuit avec un masseur prostatique, ma prostate est bien sensible, prête à décoller.

Bises à tous et bon cheminement