#31057
EpictureEpicture
Participant

Bonjour à tous

Je suis en mode orgasme de la vallée. C’est une expression Tao, pour parler de l’orgasme non éjaculatoire. Il n’atteint pas les pics de l’orgasme éjaculatoire, mais peut être répété indéfiniment, à condition de ne pas éjaculer.
Ce mode de stimulation, qui vise la séparation de l’orgasme et de l’éjaculation, nécessite, tout comme le massage prostatique, une concentration spécifique sur différents points en même temps :

1 – la stimulation pénienne
2 – la respiration
3 – les mouvements du bassin
4 – les contractions pelviennes
5 – les mouvements de la tête
6 – les mouvements des jambes

l’ensemble de ces stimulations pratiquées en même temps (selon un art qui nécessite une certaine expérience que je n’ai pas encore), sont chacune tour à tour source de plaisirs et de circulations vibratoires d’intensité variables, c’est-à-dire d’infimes à puissantes.

Je peux ressentir très distinctement la pulsation de ma prostate, de façon aléatoire. Je n’ai pas le contrôle de son démarrage et de son arrêt.
Je peux, en dehors de toute stimulation pénienne, exercer des contractions pelviennes et générer des orgasmes puissants.
Je ressens des vagues de plaisir continu qui parfois me submerge, mais je dois faire attention de ne pas entrer en cycle éjaculatoire.

Au fil des jours, je perçois que la stimulation pénienne joue le rôle d’allumeur : Il allume toute la zone du bassin, l’anus, la prostate, le gland, le corps de la verge, les testicules, le périnée, etc… et rayonne dans tout le corps. Peu à peu, la stimulation pénienne se fait moins intense, et donne plus de place aux autres sources de stimulation. Cet allumage, je ne suis jamais parvenu à l’obtenir via le massage prostatique.

Hier, dans le cours d’une séance éclair de 15 min , j’ai inséré un toy anal en forme de petit tube. Comme attendu, les sensations ont décuplé.

Je vis, à travers cette pratique une intensification de mes sensations, c’est assez fou.

Ce qui fais le côté fou, c’est d’être toujours en zone borderline éjaculatoire. L’absence d’éjaculation, combinée à une stimulation presque quotidienne, me met dans un état d’excitation ultime que je ne connaissais pas. Il faut gérer tout au long de la journée, et de la nuit. Je me suis donné comme objectif de maintenir cet état ultime d’excitation, tout en apprenant à le réguler, par la concentration, et la respiration. Je peux basculer dans des micro séances de méditation, me mettre en contact avec ce volcan qui bouillonne, et l’apaiser.

À l’heure où j’écris ce post, il y a le feu en moi. C’est incroyable à quel point j’adore cette sensation. Je suis en contact permanent avec toutes les fibres de mon corps, qui vibrent. Et quand je fais une séance de stimulation, les vibrations s’amplifient comme une partition musicale intérieure. A chaque fois, je joue un nouveau morceau. Pour l’instant c’est un peu cacophonique, mais je sens très clairement le potentiel symphonique.

Bon cheminement à tous !