#31081
bzobzo
Participant

J’ai un côté très féminin dans mon approche. J’ai l’impression que j’ai un nouvel organe sexuel en dormance, mais qui ne veut pas encore se montrer, qui envoie juste de faibles signaux depuis de années.

clairement et c’est assez original car peu de débutants ont cette idée directement,
c’est un plaisir prostatique au féminin que tu recherches,
c’est ce que je vis et quelques autres par ici

Je désire ardemment invoquer cette femme qui dort en moi et qui a tant envie de se faire sauvagement prendre par ce plaisir qui je devine être indomptable et impitoyable.

là tu fantasmes un peu,
moi qui le vit au quotidien ce plaisir au féminin,
je peux te dire que c’est tout le contraire, c’est très sauvage, très animal
mais c’est en même temps aussi d’une douceur extrême, c’est plus de l’extase en fait,
des vagues d’extase ressenties dans tout le corps
contrairement au plaisir prostatique au masculin
qui est beaucoup plus violent avec des enchaînements d’orgasmes à la queue leu leu

Alors sachez que je suis un sacré cartésien à la base. J’ai une formation scientifique et suis habitué à réfléchir en mode « je décortique tout ». C’est meêm mon boulot en fait… J’analyse beaucoup trop, et ai du mal à me laisser emporter, c’est peut être un frein à mon cheminement.

un sacré frein même,
il m’est difficile de te donner des conseils technique,
en effet ma pratique est tellement éloignée du traité d’Aneros,
plus grand chose à voir en fait,
donc j’ai décidé il y a quelque temps de ne plus trop donner de conseils aux débutants
car cela risque d’entraîner de la confusion chez eux qui s’essaient dans la voie proposée par le traité

quelques points cependant,
si tu lis ici depuis quelques années, tu dois l’avoir certainement déjà lu maintes fois
mais il est bon de le répéter,
il faut laisser absolument toutes tes attentes au vestiaire,
avant imagine tout ce que tu veux, espère tout ce que tu veux
mais si tu commences ta séance avec toujours toutes tes attentes avec toi,
cela ne va pas le faire

tu n’y couperas pas, si tu veux atteindre le plaisir prostatique
et plus particulièrement le plaisir prostatique au féminin,
il va falloir apprendre à se laisser aller, à se laisser emporter,
se rendre sans conditions, lever toutes tes défenses et te lover dans les bras du plaisir,
qu’il fasse ce qu’il veut de toi,
accepter de ne plus être que son jouet, son pantin entièrement à sa merci

je ne te donne donc pas de conseils comme utiliser le masseur,ni comment respirer
mais caresse-toi déjà, ardemment, passionnément,
abandonne le côté automatique,
il est question ici de se faire l’amour,
surtout avec le plaisir au féminin,
tu pressens le féminin en toi,
tu pressens une possibilité de sexe de femme entre tes jambes,
tout est bien là, il s’agit de faire monter tout cela à la surface,
de le laisser s’emparer de ton corps

je ne vais pas te dire de bouger comme une femme, cela ne rime à rien,
cela doit venir de l’intérieur,
tu dois sentir en toi d’irrésistibles impulsions, d’irrésistibles envies
qui vont te faire bouger sans aucune considération si c’est masculin ou pas,
le désir doit pouvoir te faire bouger comme il veut,
indifféremment si ce sont des gestes et des mouvements masculins ou féminins
selon les conventions établies

se lâcher donc, la meilleure façon de se lâcher , je trouve,
c’est d’y aller avec passion, avec ardeur et aucunement mécaniquement

un autre conseil que je donne aux gens qui essaient avec le même masseur sans grand résultat,
c’est d’essayer d’autres masseurs,
un masseur qui va faire monter au plafond certains, va en laisser d’autres de marbre, donc…

je te conseille plus particulièrement le Device d’Aneros,
il bouge tout à fait différemment,
on peut reproduire avec un mouvement de pénétration tout en venant presser la prostate,
moi c’est toujours comme cela que j’ai pratiqué, j’ai vite laisser tomber la voie que proposait le traité

voilà en vrac, j’espère que cela va t’être utile
en attendant que d’autres viennent t’apporter des conseils plus techniques
par rapport à la façon de faire traité d’Aneros

bon courage, j’espère que tu va y arriver
car effectivement ce plaisir prostatique au féminin, c’est quelque chose,
c’est comme un fruit à mûrir en nous
avec plein de douces extases, des sensations d’une richesse et d’une puissance inouïes,
quelque chose de très épanouissant ressenti dans tout le corps,
pas juste un enchaînement d’orgasmes