#31171
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu écris @pcommep :

Du coup, quel que soit le genre, est-ce que ce plaisir n’est pas commun à tous et toutes ? En tout cas commun à certain(e)s d’entre nous, quel que soit leur genre, et qu’ils(elles) soient trans ou cis ? Est-ce que finalement, nous ne devenons pas plus complet(e)s, plus entier(e)s lorsque que nous vivons ce plaisir si fort et si différent ?

Tu poses une question @pcommep et tu suggères une réponse qui viennent en écho à mes propres pensées partagées avec d’autres prostatonautes.

le 19 juillet je répondais à @jieffe :

3) l’acceptation de ma nouvelle sensibilité comme l’accès à une part cachée de mon être qui me permet de devenir plus complet sans perdre pour autant ma nature.

le 25 septembre je répondais à @epicture :

J’ai dit que si cette forme de jouissance avait pour moi aussi des traits féminins, je ne me sentais pas femme pour autant mais plutôt réunifié, plus complet.

Je partage ton analyse.
Bon cheminement @envole, bon cheminement @pcommep.