#31241
EpictureEpicture
Participant

Je suis retourné dans la plaine, laissant mon beau mustang à l’écurie, et continué ma route à pied. Mais le chemin n’est pas pavé de roses, je le sais. Alors je continue ma marche et reprend ma route vers les vallées luxuriantes. Je reprends mon ascension, pas après pas, jour après jour. Il faut reconstituer le stock énergétique. Attendre que le désir s’accumule. Mon énergétique sexuelle est totalement dépendante de mes éjaculations. C’est incroyable. j’ai vécu tant d’années sans savoir que je me vidais de mon énergie. Sa valeur m’apparait maintenant comme évidente. Enfourcher la bête ne peut pas se faire sans énergie, il en faut une certaine dose, mais la difficulté pour moi maintenant, c’est de parvenir à rester dans la vallée. A rester sur ma monture. Après avoir emmagasiné une belle quantité d’énergie, et en avoir un peu profité, j’ai certes subi un petit accident, mais je voulais aussi refaire l’expérience de l’état après éjaculation. C’est pour ça que je peux affirmer aujourd’hui que, me concernant, être plein d’énergie, c’est-à-dire être resté une dizaine de jours sans éjaculer, c’est une condition première au voyage prostatique, pénien, et plus encore.
Mais, détail important, après une quinzaine de jour, une éjaculation accidentelle est toujours possible, mais la perte d’énergie n’est pas totale, il subsiste un matelas d’énergie sur lequel repartir. Il faut plusieurs éjaculation le même jour, ou du jour au lendemain, pour que l’énergie s’évapore presque totalement. Donc, il ne faut pas non plus faire une fixette sur le fait d’éjaculer ou pas. L’important c’est que mon être sait désormais que ce qu’il recherche, ce n’est pas cet orgasme éjaculatoire, c’est la continuité vibratoire qui se propage dans chaque partie de mon corps, qui monte, puis redescend, encore, et encore, et encore… et qui monte chaque fois un peu plus haut.
Emporte moi sur ton tapis volant !!!!

Bises à tous ! les amis prostatonautes