#31282
bzobzo
Participant

sauf que son activation, son decollage est obtenu via stimulation penienne. Le probleme, en effet, c’est que cette stimulation provoque aussi éjaculation.

cela ne doit vraiment pas être facile

Mais tout ceci ne m’empêche pas de pratiquer aussi le massage prostatique, avec ou sans aneros, et ce, sans aucune stimulation penienne. Mais les resultats sont assez poussifs. Il ya tout un tas de conditions à remplir, il faut comme ci, comme ca, un peu la, un peu ci, mais pas trop, etc…

tu devrais essayer d’autres voies de stimuler avec masseur ta prostate que celle décrite dans le traité »,
j’ai laissé tomber cette voie assez rapidement et je n’ai plus jamais regarder en arrière,
il y a d’autres manières de stimuler sa prostate

mais par la bande, d’après ce que tu écris, tu en as peut-être découverte une,
explore-la bien,, prends ton temps, insiste pour l’impliquer toujours autant que possible,
la prostate est essentielle dans nos jeux, pour aller loin,
il faut absolument la faire participer

En suivant ma voie, je gagne en sérénité, et j’aborde les sessions de massage prostatique avec moins d’attente.
Comment peut-on être surexcité comme je le suis, sans attente, et détendu quand on sent qu’on est tout prêt de décoller, mais que non, on reste au sol ? Pour moi, c’est pas possible.
Alors je vais chercher du decollage autrement, et ça marche.
Mais je pense vraiment que ça n’est pas la finalité. C’est une étape, sur mon chemin. Qui sait ce que je vais y rencontrer encore ? Pas moi en tout cas.

c’est ta voie et si tu y trouves des satisfactions, elle est bonne incontestablement
et elle va t’aider à aller plus loin,
tu as fait d’énormes progrès, cela se sent dans ce que tu écris,
tu y gouttes , aux sensations fortes, aux sensations abyssales en nous,
par certains aspects tu es loin, très très loin

Ah oui autre chose, je comprend bien maintenant ton vecu au feminin. Dans le mouvement du corps, la gestuelle, la vocalisation, les soubresauts, tout cela en effet n’est pas habituel pour moi, cela tient à la durée. La femme est dans la durée (ce qui ne signifie pas la longueur de temps) sans debut, ni fin, alors que l’homme est dans le temps, c’est à dire qu’il vise un but.

il y a aussi une irrésistible sensation de féminisation durant la séance,
même si je ne suis pas sûr que de l’extérieur, cela ressemble à des gestes, des mouvements de femme
mais c’est ressenti comme cela en tout cas,
d’une manière tellement irrésistiblement,
que je ne peux pas ne pas nommer cela ainsi sans trahir ce que je vis dans ma chair tellement intensément