#31326
JieffeJieffe
Participant

Bonjour Redwitchone

Un peu éloigné du forum en ce moment, on pourrait dire que je traverse une zone de turbulence. J’essaie tout de même de vous suivre.

Voici ce que m’inspire ton témoignage, et les conseils que je pourrais te donner.
En premier lieu, je suis d’accord avec mes amis, tu es sur la bonne voie, même si tu peux penser le contraire, ou si les évènements peuvent te faire penser le contraire.
Ce que tu décris me fait penser à ce que j’ai vécu. Lorsque le plaisir apparaît, c’est tellement nouveau pour nous que nous ne savons pas comment réagir, comment l’aborder. Alors maladroitement, nous tentons de le faire croitre, de l’entretenir, et c’est de cette façon que nous le faisons disparaitre.
Et je te vois venir, tu vas me demander quelle est la solution?
Je ne sais pas vraiment. Une chose est certaine, il faut dans ces moments là se laisser aller, s’abandonner totalement, sans chercher à faire quoi que ce soit. En tout cas chez moi, tenter quoi que ce soit est contre productif.
Ce que je crois, c’est qu’à force de pratique, d’assiduité, ce déclenchement est de moins en moins nouveau, de moins en moins surprenant, nous décontenance de moins en moins. Alors seulement il peut se développer. C’est pour cette raison que je dis que tu es sur la bonne voie, il te faut continuer, et l’habitude venant, ce plaisir naissant que tu ressens va se développer.
Tu as raison à mon sens de ne plus visionner de porno durant tes séances, et d’avoir aussi abandonné les pensées durant tes séances. Ce qui à bien fonctionné pour moi et le do nothing, associé à une respiration profonde, mais en restant très attentif et concentré sur ce que je ressens dans la zone de ma prostate. Tout ce qui pouvait m’en distraire, vidéo, musique, pensée a toujours été contre productif.
Je suis plus partagé en dehors de tes séances. J’aurais tendance à te conseiller de te faire plaisir, cela peut participer à ton désir et à ton excitation.
Autre chose, laisse tomber cette fixation que tu fais sur les contractions involontaires. ON S’EN FOUT!!!! Je n’en ai pas eu pendant longtemps, ou je ne savais pas les reconnaitre, mais ça n’a aucune importance. Elles viendront bien quand il le faudra, ou pas. L’essentiel est le plaisir. J’ai fini par me rendre compte que j’en avais, depuis quand je ne sais pas, et pas du tout sous la forme de tremblements. Si je veux en être conscient, il faut que je me concentre dessus, mais très franchement, ça n’a aucun intérêt 🙂
Pour moi donc, continues dans cette voie, restes bien concentré et attentif sur les sensations qui proviennent de ta prostate, de la zone pelvienne, de tout ce qu’il se passe derrière ton os pubien. Engages tes sessions comme des moments de détente, des moments que tu t’accordes à toi même, des moments de bien être, comme pour te retrouver en quelque sorte.
Pour t’aider dans cette démarche, je peux te conseiller quelque chose qui a bien fonctionné pour moi (que je t’ai peut-être déjà conseillé, je ne me souviens plus, et je n’ai pas le temps de tout relire :D). Une fois allongé et le masseur inséré, tu te détends, tu te relaxes, tu essaies de ne plus penser à rien et tu focalises toute ton attention sur la zone derrière ton os pubien. Tu prends une grande inspiration en gonflant bien ton abdomen tout en relâchant totalement tes sphincters, pas trop vite, puis tu expires lentement, tu laisses faire tes sphincters, ne cherches pas à les contracter, oublies les tout simplement, et tu mènes cette expiration le plus loin possible, tu dois finir en creusant bien le ventre, comme si tu voulais faire passer le bas de ton ventre derrière ton os pubien. Tu maintiens un peu cette position, sans t’asphyxier bien entendu, tout en restant bien attentif à ce que tu ressens dans cette zone. Puis tu recommences. Cette technique a été diablement efficace pour moi, et j’ai le plus grand mal du monde à dépasser le troisième cycle. Si le plaisir vient, laisse faire. Lorsqu’il se pointe et qu’il est encore timide, laisse le faire, mais continues ta respiration. Restes bien attentif à tes sensations. Lorsque tu le sens moins timide, laisse le faire, laisse ta respiration se faire naturellement. C’est à partir de ce moment la que je passe en pilotage automatique, généralement au deuxième ou troisième cycle de respiration.
Je ne sais pas si cette méthode va fonctionner pour toi, mais elle n’a rien de sorcier. Le fait d’inspirer et d’expirer ainsi profondément a pour effet de brasser tes viscères (je sais, c’est pas glamour… 🙂 ) et de mouvoir tes organes, dont ta prostate. C’est en fait très mécanique.
Quoi qu’il en soit, et je me répète, tu es je pense décontenancé par ce nouveau plaisir que tu ne connais pas, et tu ne sais pas comment réagir face à lui. Il est tellement différent de ce que nous connaissons, il nous faut apprendre à le reconnaître, à l’apprivoiser. Restes confiant, ça viendra avec la pratique. C’est une des caractéristiques de l’apprentissage :D. Et si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain….

Bon cheminement Redwitchone, je ne serai pas surpris que tu commences bientôt l’un de tes messages par Wahou!!!!