#31537
bzobzo
Participant

douce musique à mes oreilles,
les gémissements sont vraiment le baromètre de mon plaisir,
ils sont l’immédiat reflet auditif de ce qui passe, de ce qui se passe, dans mes entrailles

là il y a quelques instants,
j’entendais de l’abandon, plein d’abandon lascif,
plein de caresses dans mes oreilles, comme cela semblait épais, volubile,
des morceaux de plaisir qui flottaient dans mes canaux auditifs, se fraient un chemin vers la sortie,
je les sentais s’éloigner dans la pièce, une joyeuse farandole,
mes gémissements semblaient sortir à la queue leu leu, se tenant la main,
une contraction, un coup de queue en moi, remontant comme sur roulement à billes dans mes entrailles
et c’est tout un chapelet de gémissements et de râles bien gras,
de la tripe sonore, de la tripe en délire

j’ai eu un bûcheron entre les reins ce matin,
un bûcheron rêveur, vigoureux mais en même temps indolent par moments, contemplatif,
il alternait des vigoureux coups de rein avec des lentes remontées curieuses,
fouillant dans toutes les directions,
le mufle de son engin farfouillait dans mes entrailles inlassablement
puis soudainement comme un chien ayant entrevu un os,
remontait à toute allure sans se préoccuper du reste, renversant tout sur son passage

de la tripe en délire un dimanche matin, de belles vocalises,
comme j’aime vocaliser le dimanche matin,
les autres jours aussi d’ailleurs,
le chant des tripes, cela parle en moi,
tout un choeur derrière en fait pour les produire ces sonorités si délicieuses aux oreilles

alleluia , mes frères et soeurs