#31563
EpictureEpicture
Participant

Tu sembles définitivement passer de l’orgasme localisé, plutôt bref, clos par l’éjaculation et associé à la stimulation du pénis à la jouissance profonde de tout le corps, qui se prolonge, se renouvelle et te fait peu à peu basculer dans un état proprement orgasmique.

Oui en effet @andraneros, il y a propagation des sensations à tout le corps. Ce phénomène que je ressentais assez brièvement avant, se prolonge et se renouvelle. Mais mon corps ne prend pas le contrôle, ou disons que je ne me sens pas véritablement partir dans une forme d’état de conscience différent, même si parfois je ferme les yeux, et me sens sur un petit nuage. Ma gestuelle est totalement sous contrôle, et j’ai toujours pleine conscience de ce que je fais de ce que je vis et du temps que j’y passe. Il n’y a aucun regret là dedans, mais je ne me retrouve pas (encore) dans certaines descriptions d’expériences vécues par quelques uns de nos chers prostatonautes du forum.

sans rien donc, pas de masseur, juste les muscles autour de l’anus, du périnée,
tu les contractes, mouvement lascif, avoir la sensation d’un mouvement de pénétration,
essaie, chez moi c’est mon moteur principal,
ma petite pile atomique d’amour

Oui @bzo, cette piste je la pratique très régulièrement. C’est une sorte d’entrainement musculaire que je fais depuis déjà 3 ou 4 mois. J’ai acquis une capacité à dissocier certaines parties de mon anatomie. Je dois cela aussi à @nydor qui m’a conseillé sur ce point. Au début, je contractais l’anus sans parvenir à le différencier des autres muscles, puis j’ai appris à contracter l’arrière de l’anus, et le devant de l’anus, puis le périnée, en faisant des contractions alternées dans un sens, puis dans l’autre. Avec Mantak Chia, j’ai appris à contracter le muscle qui fait remonter les testicules vers le haut, c’est également celui du « stop pipi ». Je dois parvenir au passage d’un seuil en la matière, car mes contractions deviennent effectivement moteur dans le développement du plaisir. Je sens également la possibilité de plus en plus de contracter un muscle qui doit se trouver tout à fait à l’intérieur et dont l’effet s’apparente plus ou moins distinctement à une pénétration, mais pas anale, c’est différent. J’avais ressenti ça une fois il y a un mois ou deux, mais je n’avais pas encore réussi à le reproduire.

Bref, tout ça se met en place, peu à peu. Ça prend du temps. Peut-être que je prends des chemins de traverse, mais mon corps n’a pas trouvé la ligne droite. Cela n’a de toute façon pas beaucoup d’importance, car je traverse de beaux paysages… avec de belles vallées orgasmiques, et de beaux pics éjaculatoires. Ce matin j’en ai vécu un que je ne savais pas possible. J’ai bien cru que mon cerveau allait se décrocher de ma tête. Mais ce n’est pas ce que je vise. Je vise plutôt des voyages orgasmiques au long court, parcourant les sinuosités du plaisir et de la jouissance, pas les sommets.

Bon cheminement à vous tous