#31568
bzobzo
Participant

aujourd’hui n’a pas dérogé à la règle de ces derniers temps,
c’était encore mieux que hier,
c’est ce que j’écrivais déjà hier aussi et avant-hier
mais en fait ce que je devrais écrire plutôt pour bien faire comprendre ce qui se passe,
ce que je devrais écrire plutôt donc,
c’est que c’était différent,
c’est que c’était totalement différent de hier,
c’est que c’était totalement différent de hier et d’avant-hier et du jour d’avant,
ma pratique m’offre des sensations différentes à chaque séance ces derniers temps,
c’est en ce sens que c’était mieux que hier

kaléidoscope magique des sensations, lent tournoiement du plaisir,
nuances variées à l’infini, comme chaque geste, chaque mouvement, même le plus infime,
peut changer du tout au tout ce que l’on ressent,
un petit changement de direction d’une cuisse, une accentuation de pression d’une main
et déjà la sensation varie, a pris une autre nuance

en fait c’est moi qui suis plus capable de détecter maintenant toutes ces nuances,
elles sont là depuis un certain temps, je me rends compte,
ainsi ce que j’appelais il y a quelques mois, à mes débuts en aneroless,
ce que j’appelais donc l’aneroless pur à 100%,
c’est à dire juste les caresses, les mouvements du corps et les contractions,
aucun attouchement des parties génitales, ni de doigts qui s’égarent ou pénètrent dans mon anus-pussy,
désormais je peux rester ainsi, reproduire en moi les sensations d’un va et vient de pénétration
et faire ainsi monter progressivement une tension sexuelle délicieuse, irrésistible,
je me caresse les seins, les presse en même temps,
j’écarte les jambes, je sens mon petit anus-pussy s’ouvrir, respirer pour ainsi-dire, haleter
tandis que les lents va et vient montent en moi,
je varie les angles d’attaque de la bite bien dure formée par mes contractions régulièrement,
j’accélère, je ralentis, un petit coup à gauche, un petit coup à droite,
un sinueux zig-zag en accélération terminé par un coup sec , presque brutal bien maintenu au fond , à fond,
comme c’est bon, je balance lentement mes hanches, je caresse mes flancs,
je remonte vers mes seins tandis que j’ondule de plus en plus avec mon corps,
je n’en peux plus, une telle volupté m’emplit,
une telle lascivité se balance en moi,
c’est à devenir fou de plaisir,
toutes ces courbes soyeuses qui semblent onduler en moi partout

toute la technique que j’ai développée depuis des mois,
fleurit à présent, me fait s’épanouir,
j’ai éliminé tout ce qui était trop intelligent,
dont le corps ne pouvait pas s’emparer, mon instinct s’en emparer et jouer avec sans retenue,
aujourd’hui je me caresse sans réfléchir comme si je caressais une partenaire,
je bouge sans réfléchir comme si j’étais cette partenaire,
mes cuisses s’écartent avec la volupté de sentir une fente chaude et accueillante entre mes jambes,
comme j’aime m’ouvrir, me sentir si émoustillé entre les cuisses
et quand je glisse quelques doigts dans mon anus-pussy,
je feule comme une chatte en chaleur
et je n’ai qu’une envie , de me laisser empaler,
de monter et descendre lentement sur ces bouts de chair qui s’incrustent en moi,
de les sentir s’enfoncer en moi sans fin, de remuer , de fouiller ma chair

je suis mu, mon corps est en action sans moi,
une bonne technique est une technique qui sait se faire oublier complètement,
si vous devez sans cesse ou régulièrement penser à ceci ou à cela ,
alors vous ne vous faites pas l’amour comme il faut

c’est comme dans un couple, c’est quand on se lâche complètement,
et que notre attention se tourne vers notre partenaire,
qu’on est à l’écoute de son plaisir, qu’on adapte nos caresses, nos mouvements
selon ce que l’on sent que cela provoque chez l’autre, réveille chez l’autre,
on ne réfléchit plus à ses gestes, de temps à autre ,
mais la plupart du temps, on agit sans réfléchir,
on est porté par le désir, par le plaisir de l’autre,
on se laisse porter par les gestes, par les caresses,
on se synchronise avec sa ou son partenaire,
on fusionne, on communie

bon, j’y retourne, j’ai encore envie d’une bonne demie heure d’amour,
grosses bises
et soyez pas sages, pas sage du tout