#31849
bzobzo
Participant

je m’effleure n’importe quelle partie de mon corps,
genou, talon, flanc,
en même temps que ma cuisse presse un peu mes parties
et qu’une contraction me remonte gentiment, paresseusement entre les jambes
et c’est un plaisir tellement intense ressenti instantanément partout dans mon corps,
c’est comme si j’étais emporté par une vague, c’est sublime,
une vague d’une telle volupté

volupté, félicité, ces deux mots semblent se confondre tellement chez moi,
une félicité dans la chair, une extase calme dans la chair,
une volupté d’une ineffable douceur et d’une ineffable puissance,
une caresse intérieure sans discontinuité de tout mon être

quelle langueur dans mon âme,
dans ma coupe, je me répète, le baiser de la vie,
le baiser ensorcelant de la vie,
les bras des anges sont d’une sensualité sans bornes,
ils pénètrent en vous, vont et viennent en toute innocence
car le plaisir est innocence, pureté,
le plaisir lave la chair de toutes les fautes

comme je vibre,
un torrent me traverse,
un torrent chantant, un torrent dansant,
comme je suis joyeux et insouciant dans ses courants,
bondissant comme un bouchon
à la surface de tant de volupté, de tant de lascivité, de tant de félicité