#31892
bzobzo
Participant

écrire, écrire, après l’amour, c’est plus fort que moi,
j’ai beau savoir que désormais que tous les digues se sont effondrées en moi,
que les flots coulent librement,
que je parviens à franchir toutes les limites allègrement en deux temps, trois mouvements,
que depuis grosso modo une semaine,
je suis arrivé à un stade de mon évolution où cela décolle tellement incroyablement facilement,
tellement incroyablement irrésistiblement, tellement incroyablement puissamment,
j’ai beau savoir que les mots ne peuvent plus refléter
ce que je parviens à faire durant mes séances, les résultats que j’obtiens
mais j’ai trop envie d’écrire quand même,
le plaisir me rend bavard, j’aime m’épancher sur mes ébats

l’extrême richesse des sensations, leur extrême variété ,
leurs nuances sans cesse changeantes, désormais,
leur finesse inouïe, cette intensité qui augmente progressivement, invariablement
et puis enfin ces orgasmes qui emportent tout, d’une telle puissance,
plus rien ne semble exister en moi que cette lente implosion qui disperse ma chair pendant de longues secondes,
j’utilise le mot implosion , ce qui pourrait sous-entendre de la violence
mais non, il y a juste de la félicité, de la transe
mais à un tel degré de densité, d’omnipotence, d’omniprésence,
l’impression d’être une super Nova fourmillant d’étoiles et de couleurs chatoyantes, crémeuses,
je ne me sens plus du tout capable de restituer tout cela avec suffisamment de fidélité
mais j’ai quand même trop envie d’écrire

avant j’étais plutôt content de mes images, de mes phrases,
cela donnait une assez bonne idée de ce que je vivais
mais là c’est fini, enfin pour l’instant,
il ne me reste vraiment plus qu’à m’y mettre avec la caméra,
elle seule peut restituer, je crois,
donner une idée suffisamment précise de ce que je vis durant mes séances

reste toujours le problème du floutage du visage, il me pose vraiment problème,
j’aurai tellement envie d’offrir aussi mes traits noyés dans le plaisir,
imbibés de toutes ses sensations qui habitent dans ces moments tout mon être

personnellement, j’adore ces moments
où la caméra d’un film X avec des gens qui font vraiment l’amour (la plupart du temps les fabrications artisanales),
au lieu de gros plans sur les sexes, sur les corps,
s’attarde sur le visage de la femme,
qu’on peut lire le plaisir sur son visage,
toutes les nuances de son plaisir se lisent sur son visage
et c’est délicieux et c’est bouleversant et c’est beau

je sens mon visage pareillement habité durant mes séances
et j’aurai vraiment envie d’offrir cela aux personnes avec lesquelles je partagerai cette vidéo
mais en même temps je sais qu’une part de moi est pas mal naïve,
qu’elle tient pour acquis que parmi les gens que je connais,
tout le monde a l’esprit ouvert et est tolérant, ne serait pas plus choqué que cela par ce genre de vidéo
et ce n’est pas vrai , bien sûr, ils ne le sont pas tous,
surtout sur mon lieu de travail, il y a quelques sacrés gros connards sur mon lieu de travail,
je ne sais pas comment réagiraient beaucoup de gens dans mon entreprise,
même parmi des gens que j’apprécie
si on découvrait que j’ai fait cette vidéo,
même s’il y a très peu de chance pour que cela arrive

c’est un peu un dilemme, assez bloquant d’ailleurs pour l’instant,
d’un côté j’aurais vraiment envie de partager mon bonheur, ma chance,
le petit miracle que je vis dans ma chair quotidiennement,
surtout maintenant que cela a pris des proportions tellement démesurées, tellement dantesques,
montrer un peu comment j’y arrive, comment je me fais l’amour,
car comme ma pratique est dynamique, il y a pas mal à voir,
je ne reste pas immobile comme une planche avec juste un peu le bassin qui bouge,
non c’est toute une chorégraphie lascive, sensuelle, animale, dans mon lit
où le désir me mène par le bout du nez,
où le désir m’entraîne, me fait se convulser par moments, me fait se tordre de plaisir,
me fait se pâmer,
avec beaucoup de mouvements, beaucoup de caresses
et puis mon visage aussi que je sens très expressif, très habité par tout ce que je ressens

mais d’autre part, j’ai quand même cette appréhension, même si la chance est très minime,
le risque n’est pas inexistant que si je mets à disposition de quelques uns sur le forum cette vidéo,
qu’elle se retrouve finalement sur quelque site plus grand public
et qu’une personne de mon entourage professionnel tombe dessus

je suis toujours en train d’y méditer, de peser le pour et le contre
mais de toutes les façons, je m’y mets au mois de janvier, déjà je vais faire une vidéo,
on verra après pour la mise en partage

de moins en moins de gens par ici ces derniers temps,
pas drôle ça