#32471
bzobzo
Participant

parla du plaisir que lui procurait sa prostate lorsqu’il stimulait ses tétons. J’ai exploré cette possibilité et bien m’en a pris car petit à petit cette pratique m’a apporté des sensations nouvelles de plus en plus fortes et surtout de plus en plus régulières alors que jusqu’alors le plaisir, souvent ténu et fugace, ne venait que rarement au fil des sessions.
Dorénavant à chaque seance ma prostate me gratifie de délicieuses sensations même si le super O n’est pas encore atteint loin s’en faut. Pourtant il y a peu j’ai bien cru qua cela arrivait. Pendant quelques secondes j’ai senti que je perdais le contrôle de mon corps et que le plaisir allait me submerger, mais la peur de réveiller mon épouse à sans doute bloqué le processus.

splendide témoignage, je me joins à @andraneros pour te féliciter de ton évolution,
cela fait vraiment plaisir,
on est un peu comme une confrérie secrète, on s’encourage les uns les autres
et quand il y en a un qui a franchi le seuil,
est parvenu à libérer ses sensations, à dialoguer avec son corps,
à déchaîner les forces du plaisir en lui,
on est content pour lui, on se sent complices, on sent une sorte de lien
même si sans doute on ne se rencontrera jamais,
il y a quelque chose qui nous unit, tous par ici, même si fugacement,
qui est très puissant

ton témoignage, en plus,
est une nouvelle preuve à quel point ce plaisir, lié quelque part à la prostate,
dont nous sommes partis à la quête,
est protéiforme, riche, varié et peut être atteint de tellement de manières différentes

cela m’émerveille à chaque fois quand je lis des témoignages atypiques comme le tien,
les ressources cachées de ce corps, les ressources cachées de notre esprit,
cette chair est comme un iceberg dont seule la partie visible est une matière palpable, irriguée de sang;
au plus elle s’embrase,
au plus on fait appel, on va à la rencontre, de sa partie immergée, mystérieuse, intemporelle