#32497
SophiAirSophiAir
Participant

Whoufff @Bzo, tes séances du 3 janvier, c’est quelque chose ! Tellement bien décrites, et, comment dire… organiques.

enfoncer deux doigts entre vos couilles,
c’est un peu comme si vous enfonciez une fiche dans la prise,
le courant va passer, le nectar va se répandre, d’abord dans votre bassin
puis dans tout le corps,

j’y sentais de l’humidité, je glissais deux doigts dedans , les rentrais légèrement dans mon A-pussy,
j’étais déjà en train de me pâmer, frissonnant de la tête aux pieds
comme deux amants entre deux portes qui se sont rués à l’assaut amoureusement l’un de l’autre,
avec mes doigts, j’effleurais mon sexe, mes couilles,
je n’en pouvais plus, tout mon corps bouillait de désir, de plaisir,
je commençais à simuler des mouvements de pénétration avec mon bassin, mes contractions,
avec la paume englobant tout mon appareil,
je sentais comme du feu liquide en moi,
je sentais une raideur divine aller et venir dans mes entrailles,
entre mes jambes me travailler lentement

L’impression d’être deux, de se faire l’amour, l’action d’un amant puissant en soi, fouillant, poussant…

Mais pourquoi aujourd’hui vouloir se restreindre ? Pourquoi retenir pour mieux venir ? De mon côté, je sens que plus je pratique et mieux c’est, plus il y a de plaisir(s). Pourquoi cette démarche très « éjaculatoire », dans le sens pratique masculine habituelle ?
Est-ce pour ressentir comme une surprise lors d’un nouveau jaillissement de plaisir après une période sans ?
Tu m’intrigues. j’aimerais comprendre. A bientôt @Bzo