#32534
bzobzo
Participant

Cependant une fois mon « adolescence » fini il faudra que je me calme un peu

le stade de la découverte de tout ce pactole
de cette corne d’abondance qui ne se désemplit pas,
on a tous connu cela, un usage frénétique au début, une fois qu’on était bien en selle,
cela passera

enfin, cela passera un peu,
pas de raison de ne pas en user et d’en abuser,
on a qu’une vie, un seul corps,
un jour il faudra le rendre à la terre

tout notre corps en fait est un organe sexuel,
c’est ce qu’on découvre peu à peu,
certaines parties de cet organe sexuel, sont plus sensibles que d’autres,
nos seins, notre sexe, notre prostate
mais là où les choses sérieuses commencent vraiment,
c’est quand on prend conscience que notre sexe par exemple,
n’est qu’une partie de cet organe sexuel,
tout comme nos ongles, notre sang, nos os, etc
et que c’est tout l’ensemble qu’il faut faire chanter

un chant polyphonique auquel chaque cellule de notre être participe,
peut s’élever en nous,
du plus profond de nos abysses jusqu’à la surface de notre peau,
du bout du bout de nos doigts de pieds,
jusqu’à la pointe du moindre de nos cheveux

et quand tout cela se met à chanter ensemble,
on n’est pas prêt d’oublier ces moments

moments de pur sortilège,
plongé au plus profond de l’instant
avec toute l’intensité dont nous sommes capable