#32598
bzobzo
Participant

quelle divine séance encore ce soir

je retrouve toute la fluidité des mouvements,
quelqu’un qui m’aurait vu avant
et qui me verrait maintenant,
n’y verrait pas grande différence,
je semble faire la même chose de la même façon

pourtant il y a des différences, il y a un monde de différences,
c’est devenu un automatisme,
quand une contraction commence à se former
ou alors un mouvement plus ample avec tout le bassin engagé,
le reste s’arrête, laisse tout le focus à l’engin sur la ligne de départ

et puis autre différence,
j’ai identifié deux groupes d’actions, d’acteurs de mon plaisir
et je ne les mélange plus donc

les caresses, le mode liane lascive du corps
et puis le tendre mais ardent corps à corps de mes parties génitales avec mes cuisses,
tout cela crée une volupté générale, une ivresse diffusée dans tout le corps
renforcée localement par les caresses,
le mode liane lascive éveillant la houle

alors que l’autre groupe, ce sont les mouvements de pénétration,
c’est l’engin fouillant mes entrailles,
ses milles petits mouvements et variations possibles,
c’est aussi les doigts dans mon A-pussy accompagné par les contractions

la parfaite coordination désormais entre les deux groupes
m’assure une complète fluidité dans l’action
et cela semble identique à ce que je faisais
mais moi je sens la différence, une sacrée différence même!
je viens encore de franchir une étape supplémentaire,
la sensation de se faire l’amour est toujours plus puissante,
je le vis toujours plus dans ma chair,
c’est divin

je rabats le bras en arrière de ma tête,
je me laisse aller, je m’abandonne, je me mets en mode liane lascive,
je suis bon à prendre,
j’effleure de la main la pointe de mon sein, je frissonne,
mes cuisses viennent se presser contre mes couilles, contre mon sexe,
une volupté douce envahit tout mon corps,
je gémis, je gémis, je n’arrête pas de gémir

ce doux feu en moi, ce doux feu qui m’embrase de la tête aux pieds
et puis ces mouvements, comme il est bon de s’abandonner ainsi,
d’être entièrement entre les bras du plaisir,
de se sentir un pantin entre les bras du plaisir

je prépare une contraction, je sens l’entrée de mon A-pussy,
je pousse, j’entre puissamment, lentement,
en route je bouge un peu l’engin vers la gauche puis vers la droite,
je le bouge dans toutes les directions en fait tout en remontant,
histoire de bien frotter, de bien racler,
ça y est, je suis à fond,
je maintiens la pression, la chaleur se fait de plus en plus dense,
c’est juste bien ainsi, plus bouger, juste appuyer
jusqu’à ce que la dense chaleur comme un bélier, fasse tout céder,
et que les flots se ruent en moi, emportent tout en moi,
me charrient jusqu’aux confins de l’univers,
implosion généralisée, que la chair se liquéfie,
que le cerveau se liquéfie

je recommence à bouger, je serre fort mes couilles avec mes cuisses,
ça y est, cela repart, des vagues de chaleur frissonnante dans tous les sens,
je me remets à onduler sur le lit,
j’essaie un peu de calmer ma voix car je crie vraiment trop fort,
les voisins vont finir par venir sonner un de ces soirs
mais cela repart de plus belle au mouvement suivant,
tant pis je laisse tout aller, advienne que pourra