#32674
Avataroilofozil
Participant

Voilà ce ce que je souhaitais aussi trouver sur ce forum:
Le débat sur les plaisirs partagés ou non.
Je remarque quant à moi, que plus la pratique de l’orgasme prostatique se développe (j’en suis à 5 ans et assidu…) , plus les rapports avec ma douce sont intenses de mon côté; mais malgré tout le fossé se creuse niveau qualité, je deviens quasiment hystérique sous ses caresses et l’orgasme éjaculatoire devient incroyablement bon. Le sien restant de très bonne facture selon ses vocalises, mais elle a été toujours moins curieuse pour découvrir d’autres perspectives.
La routine s’est installée aussi, comme j’ai pu lire par ailleurs.
Le décalage se crée, sans pour autant créer une césure entre nous.
Toutefois, je ressens une sorte de culpabilité, allez savoir pourquoi.
Faut-il aller chercher une autre dame d’un appétit équivalent ?
Je terminerai en témoignant de l’incroyable progression constante du plaisir, de ses nuances et de sa violence insolente.
Comment nos compagnes pourraient-elles accompagner ces sessions sans se poser la question de la disproportion des plaisirs.
J’ai l’impression d’être devenu un mauvais amant, et pourtant…
Je sollicite le modérateur de ce forum:
Saurons-nous un jour le nombre de personnes qui seront décédées en pleine jouissance prostatique ?
Hélas elle ne seront pas là pour témoigner.
On devrait faire chaque fois l’appel en fin d’année.
J’ai l’impression que mon agonie sera purement prostatique, mais pas tout de suite SVP !
Y aura tellement d’autres séances à appréhender d’ici là.
A partager avec des femmes avides pour moi hétéro, mais je ne suis pas moixiste !
Le champ est large donc.