#32741
lighteningboltolighteningbolto
Participant

Pour participer, dans mon cas je te dirais que le traité a été LA voie à suivre, surtout au début.
Perdu dans ce brouillard, qui pour la plupart des personnes appartient à la légende, le traité a su indiquer une direction à travers les brumes, telle une boussole. Elle explique aux néophytes, dont j’ai fait partie encore récemment et dont je m’estime « tout juste sortie » les premières choses à intégrer pour parvenir à orgasmer, à l’instar de nos compagnes, d’une manière interne et répétable, et un potentiel qui semble à mes yeux et si je me fie à ce que je lit, grandissant.
Ainsi le subtil mélange de détente, excitation et contraction se trouve expliqué sur la plupart des aspects. Mais le diable se cache dans les détails n’est ce pas?
Les limites du traités semblent être ceux de l’individualité. Ainsi la recette d’une tarte aux pommes semble simple, mais certains préfère ajouter de la cannelle, tandis que d’autres peuvent ajouté plus de sucren du beurre ou encore de la compote…
Une fois les bases acquises, il faut donc trouvé ce qui nous fait personnellement vibrer. Des pensées? Une sensation? des contractions? Un relâchement?
Pour ceux qui se découvre une expérience A-less, la donne s’en trouve aussi modifiée, du moins dans mon cas. En A-less, pratiquer tel que le préconise le traité n’a pas aucun effet sur moi. je dois clairement y ajouter une contraction du périnée, et de plus en plus la stimulation des tétons sinon ca ne fonctionne pas.
De plus, peut être qu’actuellement, des pensées érogènes en séance ne m’apporte que peu de résultats, contrairement aux dires du traité. Même si c’est sans doute un plus, pour moi il vaut mieux privilégier le ressentie corporel pur. Ainsi de mon point de vue, il s’agit avant tout d’excitation corporel, et quand le sommet arrive, il faut s’abandonner au corps, lui laisser le plein contrôle avec un m’en foutisme pour le mode extérieur complet et une focalisation interne.
Voila pour ma part comment l’orgasme se produit.