#33087
bzobzo
Participant

pfiou, comme c’est désert ici,
on se croirait dans une de ces villes fantômes dans le far west
qui périodiquement s’emplit de quelques aventuriers en quête de l’or de leurs entrailles

un peu malade depuis hier, de la fière, gorge qui fait mal,
libido un peu en berne,
fonctionne en mode mineur pour l’instant,
tel un guitariste penché sur son instrument qui s’essaie à de nouveaux accords,
je laisse s’installer le silence
puis je fais monter une note puis une deuxième,
ainsi bien à l’écoute, une petite musique tout à fait charmante, tout à fait sensuelle
m’a fait passer de bons moments

avec comme je l’écrivais juste au-dessus des tas de sensations nouvelles,
ce corps est tellement coopératif quand on est à son écoute, à son service,
mes mains se déplaçaient lentement, un peu partout,
la plupart du temps très lentement,
moins de contractions que d’habitude,
j’espaçais les sensations à dessein , ainsi augmentant ma concentration,
je parvenais vraiment à bien déguster chaque nuance, chaque coloris

cela ne s’emballait pas, de temps à autre même,
je laissais un doigt effleurer une couille, mon gland,
causant ainsi une mini-explosion tout à fait bienvenue
mais dans l’ensemble j’étais à l’écoute de nuance subtiles, calmes , pastels

j’ondulais et me contorsionnais beaucoup
tout en laissant mes mains vagabonder sur tout mon corps,
comme d’habitude mes parties génitales et mes cuisses avec leur danse bien à eux
qui produisait constamment un délicieux nectar qui se répandait un peu partout

je sentais bien mes deux postes de commande,
un dans ma tête désertée pour le moment
mais où tout les instruments fonctionnaient, clignotaient,
des tas de commandes, de suggestions essayaient de s’imposer depuis là-bas
mais désormais j’ai une totale maîtrise
et je suis plus bas dans tout mon corps, conduisant les débats avec mon corps,
mon imagination directement au prise avec mes membres, mes mains
sans passer par ma tête

cette sensation est vraiment étonnante dans ma tête
d’un poste de commande abandonné par son pilote pour l’instant
mais qui continue de recevoir des tas d’informations,
qui essaie régulièrement d’envoyer des directives vers mon corps
mais j’ai bien appris à ne rien écouter,
aussi persuasif l’argument ou la suggestion, semble être
et je laisse mon corps improviser

enfin ce n’est même pas improviser,
comme je l’ai écrit plus haut,
c’est comme si mon imagination, ma fantaisie, étaient directement partout dans mon corps
et qu’ainsi une chorégraphie délicieuse, instantanée, se met en place
avec mes pulsions, mon instinct aussi participant massivement,
je les sens comme un élan animal en moi, un élan primaire en moi,
m’animant

une fusée avec plein d’étages en action
mais pas la tête, elle se repose, elle est juste empli de frissons, de chaleur soyeuse, de vagues voluptueuses
je ne peux pas l’empêcher de fonctionner
mais je peux faire comme si de rien n’était avec ses directives, ses commandes,
par moments c’est comme du slalom entre des obstacles,
ma tête essaie de reprendre les commandes
mais la plupart du temps tout de même en fait,la piste est à peu près libre
et je suis comme un danseur s’élançant sans arrière-pensée
guidé par les seules lois d’une attractivité mystérieuse dans mon sang