#33153
aneveilaneveil
Participant

Merci à vous deux et je suis assez rêveur devant la mise en perspective d’ @Andraneros
en forme de récapitulatif élogieux 😉

A vrai dire l’évolution n’est pas du tout linéaire, j’ai dernièrement eu des cessions extraordinaires mais ça ne se produit pas systématiquement.


@Andraneros

Je reviens, tardivement par manque de temps, sur ton message publié il y a neuf jours que j’ai lu avec beaucoup de bonheur. (J’y réponds ici pour ne pas polluer le fil de discussion de @bzo)

J’étais dans une semaine faste ou j’ai pu être seul pendant une semaine, cela m’a permis d’avoir notamment deux séances vraiment inoubliables et entres ces séances je pouvais avoir de très bons orgasmes en l’espace de quelques secondes…

Quand j’ai commencé à avoir des orgasmes incontrôlés en 2017 ce jaillissement d’énergie a aussi fait ressortir avec beaucoup d’émotions enfouies. J’ai consulté une Sexologue qui a beaucoup de cordes à son arc et qui m’a beaucoup aidé et j’ai aussi entamé un long travail énergétique sur les émotions (c’est très lié) J’ai aussi commencé à pratiquer de la danse libre et méditative qui est aussi une écoute de son corps, des ses émotions et des énergies qui circulent en nous.
C’est en grande partie par cette approche énergétique que je vis ou déclenche mes expériences prostatiques.
L’accueil de ma part féminine se conjugue très bien avec ces pratiques énergétiques, dans les moments les plus intenses je ressens le volume et les contours d’un corps féminin en moi : les épaules, un cou et une cage thoracique plus fine, le volume énergétique très érogène des seins, une taille fine est des hanches plus généreuses que mon corps visible, l’énergie interne du bassin, parfois même un vagin secret qui apparaît en sensations et en 3d…


@bzo

ceci dit je ne suis pas confronté à un ou une partenaire
peut-être cela serait différent, totalement différent
si je devais essayer de vivre et développer ma pratique en solitaire
parallèlement à une sexualité à deux,

C’est en effet totalement différent, j’en ai pris conscience lors de ma semaine en solitaire
ou j’ai compris à quel point on peut aller loin dans cette expérience prostatique lorsque que l’on a tout le temps pour soi.
J’ai vécu comment cette autosexualité pouvait combler, mais aussi à quel point c’était addictif…


@Andraneros

Si je comprends bien, l’été dernier, tu as pu franchir une nouvelle étape de ton cheminement
avec l’aide de Margot Anand sans avoir à affronter de nouveaux blocages
ce qui te permet de vivre désormais des expériences qui te comblent dans la plénitude de ton être,
masculin et féminin enfin réunifiés.

Les blocages ont en effet disparus et la honte a fait place à un certaine forme de fierté
dans le fait d’assumer toujours davantage ce que je suis.
Par contre « vivre dans la plénitude de ton être le masculin et féminin enfin réunifiés »
je dirais que je l’ai déjà vécu dans des moments de plaisir mais pour que cela m’accompagne au quotidien,
c’est une autre histoire.
Disons que je découvre peu a peu comment apprivoiser ou plutôt comment me comporter et me faire admettre de cette part féminine
qui est aussi sauvage et impudique que pure et spontanée. 😉