#33160
bzobzo
Participant

j’étais mort de fatigue ce soir,
cela fait des nuits et des nuits que je me couche vers deux heures du matin
et me lève à sept heures pour aller travailler
mais je ne pouvais me décider à aller dormir
sans avoir tout de même une séance A-less au lit,
il fallait que je sente passer en mes tuyaux le nectar délicieux, les vagues, le frissons,
que j’aie les oreilles emplies de mes gémissements

finalement ce fut une séance d’une petite heure,
des sensations comme cela, cela vous réveillerait un mort,
comme j’aime onduler sur mon lit,
comme j’aime sentir le féminin bouger ce corps,
il y a une telle langueur qui s’exprime, une telle volupté,
cela n’arrête pas, vague après vague,
partout en moi comme si de la fourrure effleurait tout,
j’en frissonne jusqu’au plus profond de mon être

et puis comme j’aime parcourir ce corps avec mes mains,
j’adore ces derniers temps mettre en arrière mes bras étendus
et puis lentement d’une main caresser l’autre bras puis vice et versa,
puis je descends vers mes seins, je les presse, je les empoigne, je les frotte,
plus bas encore le long de mes flancs,
je sens mes hanches ondulant suavement, je laisse mes mains un peu dessus,
sentir la houle dans ma chair, dans ma chair ivre, la houle lascive du large

vibrer, vibrer, vibrer,
mes entrailles ne sont que vibrations par moments,
vibrations délicieuses, vibrations amoureuses,
je vibre de tout mon être,
je vibre par amour