#33166
bzobzo
Participant

j’ai un Aneros Helix, depuis 2 ans, j’ai jamais réussi à en tirer grand chose

malheureuse! il faut changer au plus vite de masseur.

c’est pour cela que je recommande toujours si on a les moyens,
d’avoir à sa disposition au moins trois, quatre masseurs, bien différents

il n’existe pas de modèle universel qui convient à tout le monde,
un masseur qui va faire monter au plafond une personne,
ne va faire aucun effet sur une autre

étonnant ton expérience, c’est clairement prostatique
mais en effet je n’ai jamais rien lu de pareil

ne pas se toucher le sexe, est quand même une bonne règle
surtout si on débute
mais je crois qu’il est utile de la maintenir dans le cadre d’une pratique prostatique classique
du genre de celle décrite dans le traité

personnellement je fais intervenir constamment dans ma pratique mes parties génitales
mais ma pratique n’a plus rien de conventionnelle,
n’a plus grand chose à voir avec ce que décrit le traité d’Aneros

ce qui m’étonne encore le plus dans ce que tu décris,
c’est le type de contact, du genre masturbation,moi si je fais cela,
le focus est immédiatement transféré vers un plaisir pénien
et les sensations venant de la prostate sont étouffées dans l’oeuf

j’ai constamment des contacts entre mes cuisses et mes parties génitales,
ce sont des frottements, des pressions, des effleurements,
personnellement je pratique surtout en aneroless
mais cela peut se faire avec le masseur aussi

ce que tu as vécus, peut sans doute même être décrit comme des super O,
bien que sans doute par manque d’un rewiring suffisamment complet,
tu en as pas goûté tout le potentiel, il me semble

c’est tout de même un excellent signe,
tu as du potentiel en toi,
temps peut-être de changer de masseur,
essaie aussi de bien t’écouter durant la séance
et de ne pas appliquer d’une façon stéréotypée ce que tu as lu dans le traité d’Aneros

c’est un élan intérieur qu’il faut chercher à libérer, les forces sexuelles dans nos profondeurs

nous avons @envole aussi sur le forum qui est aussi une fille trans, pour reprendre ton expression,
bien qu’elle soit moins présente ces derniers temps