#33230
AvatarCh313
Participant

Cela fait quelques temps que je ne suis pas intervenu car peu de changement mon évolution.
Mais je suis régulièrement le forum presque quotidiennement. Tout comme je continue ma pratique quasi quotidienne.
Malgré tous mes désirs, toutes mes sollicitations, ma prostate ne veut toujours pas se manifester à mon conscient. Et pourtant j’insiste, peut-être à tort (?). Jusqu’à lors, à la lecture des différents récits sur le forum, je pense comprendre que pour tous, ou presque, c’est leur prostate qui leur ‘parle’ par le langage intime de leurs sensations. Moi je n’ai pas la chance de communiquer avec elle comme si elle était absente. J’ai l’impression de louper quelque chose. Et pourtant les plaisirs ne manquent pas. Si je crois ce que me dit @Bzo, elle fonctionne bien mais aussi je peux penser que tout cela n’arrive que par la seule ‘pensée’ et que peut-être je fais fausse route en voulant (à tout prix ?) ressentir ces sensations.
Je suis pourtant à l’écoute mais rien ne ‘vient’.
J’introduis le masseur sans aucune difficulté, je suis très décontracté.
Je sens bien le passage au niveau de mon anus mais pas plus loin.
J’effectue des contractions volontaires pour faire bouger le masseur dans mon rectum.
Je constate visuellement ou en posant mes doigts dessus que le masseur effectue bien des va et vient.
Je suis sûr qu’avec ces mouvements le masseur frotte bien à l’intérieur et qu’il appuie bien sur ma prostate et que matériellement, physiologiquement il la masse bien. Je sens bien l’appui sur mon périnée
Mais je n’ai aucun retour en sensation interne.
Je varie les contractions, lentes, douces et profondes ou bien rapides et puissantes alternant avec des phases de décontraction. Je peux changer de position, varier la cambrure de mon bassin, ouvrir davantage mes cuisses pour faciliter le mouvement, rien n’y fait. Pourtant parfois des contractions involontaires ponctuent les instants de relaxation.
Cela peut durer largement plus d’une heure. Ou bien si j’introduis le masseur en me couchant, je peux m’endormir en quelques minutes. Au réveil je ne le sens pas immédiatement. Mais je peux reprendre ma quête.
Je peux rompre cet état très simplement en fixant mon attention sur mon pubis.
En quelques secondes je ressens des fourmillements comme s’ils étaient déjà présents mais que je ne les sentais pas. Une boule de chaleur se développe et des spasmes m’envahissent très rapidement.
Je suis déjà en jouissance. Je mouille déjà alors que jusqu’à présent je n’avais eu aucune émission.
J’ai hâte de me faire pénétrer, je me mets à tripoter mes seins.
Ce changement est puissant, violent, je m’abandonne à mon féminin.
Le premier orgasme est déjà là. Je tremble de toute part sans pouvoir contrôler.
Cela dure déjà plus d’une minute. Je suis assise dans mon fauteuil et je continue à écrire sur ma tablette entre les spasmes.
Les va et vient du masseur se font de plus en plus amples. C’est comme si ça n’en finissait pas.
Plus de trois minutes maintenant une détente m’envahit mais les spasmes ne disparaissent pas.
Je les calme par de longues inspirations expiration profondes.
Mais il suffit que j’effleure mes tétons pour que les spasmes et le contractions réapparaissent.
Je suis encore plus ouverte. Je me cambre pour que Pierrot me pénètre à nouveau.
Il accompagne mes contractions involontaires par les frottements de son sexe sur ma vulve qui mouille de plus en plus. (J’ai mis une serviette…)
Mon bassin roule à son rythme. Je serre ses fesses à pleine mains, je l’accompagne doucement en moi.
Mon bassin va et vient au rythme du masseur. Il me masse les seins , titille mes tétons.
Les tremblements reprennent de plus belle. Ma respiration est haletante.
Encore plusieurs minutes d’orgasmes successifs.
Maintenant ce sont de balancements de plus en plus amples de mon bassin qui rythment les contractions.
Il va et vient de plus en plus profondément en moi déclenchant spasmes et tremblements de plus en plus violents en vagues successives, interminables. Plusieurs ascensions s’enchaînent inéluctablement.
Mais il est temps que je m’arrête, ma compagne va se réveiller. Je ne sais pas comment cette limite me rappelle à l’ordre. Mais ça marche je suis bien, calme.
Voilà mon réveil vraiment en direct live que je poste immédiatement.