#33307
bzobzo
Participant

j’étais en train de faire du bricolage ce samedi matin
quand soudainement j’ai eu envie de plaisir dans mes veines, envie de plaisir dans mes muscles,
envie de plaisir dans mon sang, d’avoir le cul en feu,
envie d’étoiles de chaleur dans le cerveau,
envie derrière mes yeux fermés
d’être comme une bouteille emplie de volupté qu’on agite doucement,
où tout à l’intérieur bouge doucement, bouge lascivement,
comme empli de courants et de vagues lentes s’entremêlant
serpents ondulant tout en langueur et en frissons

comme je me sens animal par moments, prêt à se frotter à tout, à n’importe quoi, pour se satisfaire
sensations animales, volcan sans freins,
sur le bord de ma table en bois, mon coin en hêtre massif préféré,
celui-ci pressant par derrière, s’enfonçant grossièrement dans mon anus-pussy,
je monte et je descends lentement,
me frottant au bois comme une chatte en chaleur

mes mains vont et viennent lentement sur tout mon corps,
tandis que je râle, tandis que je gémis de plus en plus,
quelques doigts effleurent brièvement par moments mon sexe, mes couilles,
cela provoque des éclairs de plaisir qui se répandent partout

je frotte de plus en plus contre le bois,
essaie de le sentir de plus en plus en moi,
je le presse contre mon périnée, je fais monter de lentes contractions
qui viennent fusionner à la dureté du bois
éveillant en moi des sensations de pénétration délicieuses, animales, irrésistibles

je me suis rendu compte brusquement que contrairement à ce que je croyais jusqu’ici,
ce n’était pas dans mon corps que je ressentais dans ces moments,
même si c’était ce corps que je touchais, que je caressais, que je bougeais
mais dans un corps intérieur,
brusquement j’ai eu comme la révélation d’un corps intérieur dans lequel j’étais ,
avec lequel je percevais tous les faits et les gestes de l’acte

comme un corps parallèle, corps enfoui en moi,
pour l’instant agissant, percevant, jouissant,
dans lequel j’étais engoncé comme dans un scaphandre
et dans lequel j’explorais une sexualité lointaine,
une sexualité vaste,
une sexualité perdue à la naissance qui gît en moi comme une épave aux fonds des abysses