#33395
Epicurien99Epicurien99
Participant

Bonjour à tous,
Six mois que je n’ai plus rien posté ici.
Vous allez croire que j’ai abandonné les plaisirs prostatiques après des débuts si prometteurs. Et bien non, au contraire. C’est vrai que il y a un peu de relâchement (j’ai eu l’immense plaisir de connaître d’autres satisfactions sexuelles entretemps), mais, ces derniers temps, j’ai repris l’usage régulier (presque tous les jours, en fait) de mes jouets Aneros, et, ce n’est que du bonheur.

Je dis mes jouets, car, entretemps, je me suis offert le PROGASM ICE.
Déjà que c’est un bel objet, on dirait du verre, il est très beau (bon, je ne vais quand même pas le mettre sur la cheminée), mais quel plaisir. Là, il rempli bien la cavité rectale, et le contact avec la prostate est assuré à 100 %.
Une série de contractions/décontraction puissantes de l’anus le fait bouger à l’intérieur comme un dildo, ou, mieux encore, comme le sexe de mon homme. Et comme il a un bon diamètre, je le sens vraiment bien. Et pas besoin des mains !

Pour chaque séance, je commence d’abord avec l’HELIX, pour provoquer quelques orgasmes, habituer mon corps à la présence de ce corps étranger (bon, pas si étranger que cela, il le connaît bien maintenant), puis je passe au PROGASM.
Ce qui est extraordinaire avec le PROGASM, c’est que je peux avoir des orgasmes, un plaisir intense, sans tous ces soubresauts de mon corps. C’est vraiment nouveau.

J’ajouterai une petite constatation (peut-être l’un de vous pourra m’expliquer) :
j’aime me coucher sur le côté, en repliant une jambe (position chien de fusil), cette position est très confortable et provoque de puissants orgasmes qui commencent généralement par un léger tremblement des fesses, puis se propage à tout le bas ventre, ensuite à tout le corps. Ce que j’ai remarqué : si je suis côté sur le côté droit, jambe gauche repliée, c’est du tonnerre ; par contre, couché sur le côté gauche, aucun effet : Pourquoi ? L’un de vous a-t-il une explication ? Bien sûr, je sais comment je dois me positionner pour avoir du plaisir.

Voilà, je voulais vous rassurer. Je n’en ai pas terminé avec le plaisir prostatique, bien au contraire.

A bientôt,