#33426
aneveilaneveil
Participant

@Andraneros

Ce conseil n’est en rien une interdiction absolue et éternelle. Nous en avons trois exemples :
1) Quand un débutant ne parvient pas à « sentir sa prostate », il est souvent conseillé de pratiquer un début de masturbation pour faciliter sa découverte en profitant de son engorgement pour mieux repérer sa présence.
2) Les pratiquants bien avancés témoignent régulièrement sur les forums spécialisés de leur capacité à vivre des « super T’ », des orgasmes avec éjaculation qu’ils déclenchent en parallèle avec leurs orgasmes prostatiques.
3) Les mêmes témoignent aussi de leur aptitude à vivre des orgasmes secs (« dry orgasms ») multiples en stimulant leur pénis.

C’est très intéressant, moi qui pensait qu’il y avait un « quasi-dogme anti-pénis » 😉
Il y a plus de deux ans, c’est en effet en me masturbant avec un Bootie que j’ai pu vraiment réveiller ma prostate…
Et il m’arrive souvent de me masturber (sans éjaculer) en milieu de cession, cela décuple généralement mon plaisir prostatique seul au moment ou je reviens mi-sur le ventre ou en chien de fusil, mais je ne dois pas dépasser un certain stade avec mon pénis avant de me retourner car sinon c’est foutu…